Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Prophétise sur ces os, et dis-leur : Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Éternel ! Ezéchiel 37:4

Télécharger l'application du Journal Chrétien

Ézéchiel dut proclamer l’engagement pris par Dieu de rassembler les Juifs, où qu’ils soient dans le monde, et de restaurer la nation d’Israël en la ramenant à la vie (Ézéchiel 37.5) et en lui donnant son Esprit (Ézéchiel 37.14), pour un salut authentique et une vraie vie spirituelle. Il est clair que Dieu promettait la résurrection de la nation d’Israël et sa régénération spirituelle (Ézéchiel 36.25-27).
Le thème du rétablissement du peuple de l’alliance se poursuit dans ce chapitre bien connu à cause de ses images saisissantes. Veillons cependant à ce que notre connaissance de ce chapitre ne nous fasse pas perdre son vrai message. Prêtons une pleine attention au contexte de la vision, sur le plan historique et à l’intérieur du livre.

La vallée des ossements desséchés

Ézéchiel ouvre ce chapitre par la formule désormais bien connue : La main de l’Éternel fut sur moi (37.1). Dieu l’a fait sortir par la puissance de son Esprit et l’a déposé dans le milieu de la vallée. Comme les mots vallée et plaine sont identiques en hébreu, ce lieu est peut-être le même que celui où Ézéchiel reçut son appel (cf. 3.22). La vallée était remplie d’ossements. Comme Dieu le fit passer auprès d’eux et tout autour, le prophète put dire : ils étaient très nombreux, à la surface de la vallée, et très secs (37.2-3). Ce dut être une expérience traumatisante pour Ézéchiel, non seulement à cause du grand nombre d’ossements humains, mais aussi parce qu’en tant que sacrificateur, tout contact avec des cadavres le rendait rituellement impur (Lévitique 21.1-4 ; 22.4).
L’Éternel lui demande : Fils d’homme, ces os pourront-ils revivre ? (37.3a). Ézéchiel connaissait peut-être l’histoire de certaines résurrections, comme celle du fils de la veuve de Sarepta (1 Rois 17.17-24), celle du fils de la Sunamite (2 Rois 4.18-37), celle de l’homme qui avait été jeté dans le tombeau d’Élisée (2 Rois 13.20-21), mais l’idée que ces ossements, très secs en outre, qui jonchaient toute la vallée puissent revenir à la vie confondait l’imagination. Comment Ézéchiel va-t-il répondre à la question de l’Éternel ? Dire oui était présomptueux. Répondre non, c’était limiter les capacités de Dieu. Le prophète répond donc : Seigneur Éternel, c’est toi qui le sais ! (37.3b).
L’humble réponse d’Ézéchiel pousse Dieu à lui donner un ordre : Prophétise sur ces os ! Tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la parole de l’Éternel ! (37.4). Ézéchiel joue un rôle actif dans le retour à la vie de ces ossements. Il doit leur dire ce que Dieu lui a commandé : Voici que je fais venir en vous un esprit… je placerai sur vous des nerfs, je ferai pousser de la chair sur vous, je vous recouvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, vous vivrez (37.5-6). Ce passage illustre la coopération du divin et de l’humain. Dieu commande et le prophète obéit, même s’il ne comprend pas ce qui se passe : Je prophétisai, selon l’ordre que j’avais reçu (37.7, 10).
L’issue de cette coopération est étonnante : Et comme je prophétisais, il y eut un bruit, et voici qu’il y eut un frémissement, et les os s’approchèrent les uns des autres (37.7). Ézéchiel ajoute : Je constatai qu’il y avait des nerfs sur eux. La chair se mit à pousser, et la peau les recouvrit par-dessus (37.8), conformément à ce qu’il avait prophétisé (37.6). C’est tout. Il prononça de simples paroles à voix haute. Rien de magique. Pas d’incantations secrètes. Pas d’artifice particulier pour rapprocher les os. Simplement le pouvoir vivifiant de la parole du Dieu vivant qui envahit la vallée de l’ombre de la mort.
Les corps des morts se sont reformés, mais il n’y avait point en eux d’esprit (37.8). Ézéchiel reçoit donc à nouveau l’ordre de prophétiser : Prophétise et parle à l’Esprit… Tu diras à l’Esprit… Esprit, viens des quatre vents, souffle sur ces morts, et qu’ils revivent ! (37.9 ; cf. aussi 37.5). Le même mot hébreu peut se traduire indifféremment par esprit (37.1, 14), souffle (37.5, 6, 8, 9, 10) et vents (37.9). La variété des traductions possibles indique la riche signification du terme. Le sens premier est celui d’un mouvement d’air, qui aboutit au sens de vent ou de souffle. « Il est venu à signifier l’esprit de l’homme, ou ses dispositions, mais aussi des qualités émotionnelles comme la vigueur, le courage, l’impatience et l’extase. Il ne s’applique pas seulement au souffle vital de l’homme qu’il reçoit à la naissance et qui le quitte à sa mort, lors de son dernier souffle, mais également à l’Esprit de Dieu qui communique ce souffle. L’effet le plus important des activités de l’Esprit de Dieu dans ce passage d’Ézéchiel est « la vie, la vie à partir de la mort la plus totale. Le texte révèle l’efficacité de la parole prophétique : Et l’Esprit vint en eux, ils reprirent vie et se tinrent sur leurs pieds. C’était une très, très grande armée (37.10).
On s’est posé des questions au sujet de ce retour à la vie des ossements desséchés en deux étapes, et de nombreuses réponses ont été proposées. Une chose est sûre : on assiste ici à la répétition de la scène de la création dans Genèse 2.7. Ézéchiel est témoin de la re-création d’Israël (et de l’humanité) à partir de leur mort.
Dieu explique cette vision à Ézéchiel (37.11-14). Il lui dit : Fils d’homme, ces ossements, c’est toute la maison d’Israël (37.11a). Les exilés se sentaient aussi inutiles, aussi désespérés et aussi inertes que des ossements secs (37.11b). De même qu’il avait prophétisé aux ossements dans sa vision, Ézéchiel doit prophétiser à son peuple. Les exilés ne doivent pas se considérer comme morts et enterrés, car l’Éternel déclare : Voici que j’ouvre vos tombes, je vous fais remonter de vos tombes, ô mon peuple, et je vous fais revenir sur le territoire d’Israël (37.12-13). Le même Esprit qui a donné la vision à Ézéchiel et l’a déposé au milieu de la vallée (37.1), rétablira le peuple de l’alliance sur son territoire (37.14).
La formule familière vous reconnaîtrez que je suis l’Éternel est répétée deux fois dans ces deux versets, pour souligner la nature miraculeuse de leur réveil (37.13-14).

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de médias appartient à quelques milliardaires ou à des multinationales, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Evangile.
Notre journal est un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter