Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Procédure d’extradition de Ghosn ou procès au Liban: Tokyo et Beyrouth ont 40 jours pour trancher

Télécharger l'application du Journal Chrétien

Le Liban et le Japon disposent de 40 jours pour décider si Carlos Ghosn doit faire l’objet d’une procédure formelle d’extradition vers le Japon ou être jugé au Liban, a-t-on appris jeudi auprès d’une source judiciaire et dans l’entourage de l’ancien président de Nissan.

Carlos Ghosn, poursuivi au Japon pour dissimulation de revenus, détournement de fonds et abus de confiance, s’est soustrait à son contrôle judiciaire et s’est enfui au Liban en toute fin d’année dernière. Il dément les faits qui lui sont imputés.

Le Japon, qui a diffusé un mandat d’arrêt international via Interpol, et le Liban ne sont liés par aucun accord d’extradition, et le Liban a pour habitude de ne pas extrader ses ressortissants (Ghosn possède la triple nationalité libanaise, française et brésilienne).

Les avocats de l’ex-« shogun » de l’industrie automobile espèrent qu’il pourra être jugé au Liban.

Selon les deux sources de Reuters, le Japon s’était enquis ces derniers jours auprès du Liban des documents nécessaires à fournir dans le cadre de sa demande d’extradition.

Cette liste leur a été transmise jeudi. Conformément à des règles édictées par Interpol, cet envoi déclenche une période de 40 jours au terme de laquelle un accord devra être trouvé entre les deux pays sur la localisation et les conditions d’un procès Ghosn, précisent ces deux sources.

La source proche de Ghosn a ajouté que le Japon devait soit adresser sous 40 jours une demande formelle d’extradition, soit transférer au Liban le dossier judiciaire visant l’ancien patron.

Dans l’intervalle, Carlos Ghosn a interdiction de quitter le territoire libanais.

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de médias appartient à quelques milliardaires ou à des multinationales, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Evangile.
Notre journal est un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter