Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

France : crainte d’une nouvelle hausse des prix liée à la crise russo-ukrainienne

Je soutiens le Journal Chrétien

Le conflit russo-ukrainien qui a éclaté jeudi dernier, sur fond de sanctions européennes suscite des inquiétudes relatives à un risque de nouvelle hausse des prix de l’hydrocarbure et des matières premières en France.
La Russie est le premier exportateur de pétrole et le plus grand fournisseur de gaz naturel de l’UE. Elle fournit environ 40% du gaz de l’UE selon les chiffres de l’Office européen de statistiques, Eurostat.
Cette dépendance de l’UE aux hydrocarbures russes entraînera une flambée des prix liée au conflit (réaction aux sanctions européennes) en Europe et notamment en France, estiment les spécialistes. « Il est très probable que les prix à la pompe – déjà en hausse ces derniers mois- continuent d’augmenter du fait de la crise en Ukraine », a expliqué sur RTL, le président de l’Union française des industries pétrolières, Olivier Gantois.
D’après les spécialistes, l’incertitude du conflit russo-ukrainien a créé de l’inquiétude sur les marchés de l’énergie, et a fait ainsi flamber les prix. Selon François Lenglet, journaliste spécialiste des questions économiques, la France dispose des réserves de gaz qui sont à 30% de leurs capacités. Il n’y a donc pas de risque à court terme de pénurie, a-t-il indiqué, confirmant ainsi les propos de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.
Les « stocks stratégiques de pétrole couvrent près de trois mois de consommation et nous permettent de faire face à des perturbations d’approvisionnement. Les Français ne risquent pas de manquer de carburant ou de gaz pour se chauffer dans les prochains mois », a rassuré la ministre Barbara Pompili. Mais la menace existe et, est lié à l’issue du conflit. « Le vrai risque c’est l’automne 2022 car la crise ukrainienne intervient alors que les investissements mondiaux de la production d’hydrocarbure (gaz et pétrole) se sont effondrés passant de 700 à 350 milliards de dollars », a expliqué M. Lenglet sur TF1.
L’inquiétude grandit également sur le marché agricole qui pourrait être touché. Les sanctions financières contre la Russie créent un risque énorme de mesures de rétorsion contre les produits de l’UE au premier rang desquels les produits agricoles, notamment français, a prévenu la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert.
« La Russie a la main sur le robinet du gaz et pour faire des engrais, il faut du gaz. Les engrais ont déjà augmenté de 90% en un an, c’est énorme », a déploré sur BFM Business la présidente de la FNSEA,
Il s’y ajoute les incidences du conflit russo-ukrainien sur les marchés du blé. « L’est de l’Ukraine (les deux régions reconnues par la Russie) représente une part importante de la production de blé ukrainien : 12% des exportations mondiale », a-t-elle ajouté.
Selon Arthur Portier, consultant chez Agrital, le conflit entre l’Ukraine et la Russie a fait monter de manière significative le prix des matières premières agricoles. « Dans ce contexte de crise, l’élevage français peut avoir des difficultés liées à la hausse du coût de l’alimentation qui n’est pour le moment pas compensé par une hausse des produits chimiques », a-t-il expliqué.
Outre le marché agricole, c’est l’incertitude du côté des groupes français présents en Russie. Selon le ministère français de l’Economie, plus de 500 filiales d’entreprises françaises sont implantées en Russie – dont 35 entreprises du CAC40 -, et interviennent notamment dans les domaines des hydrocarbures avec TotalEnergie, de l’automobile avec Renault ou encore de la grande distribution avec Auchan.
« Il y a forcément de l’inquiétude pour notre business (…) Nous sommes dans l’incertitude complète » a confié au Figaro Euryale Chatelard, présidente de la French Tech en Russie et fondatrice de Trianon startups. Mais les autorités françaises rassurent : « Nous sommes peu exposé au marché russe. C’est 1 à 2% des exportations et des importations françaises, donc l’impact sur le marché français sera limité », a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.
Bruno Le Maire reconnait cependant que quelques entreprises notamment dans les domaines énergétiques peuvent avoir des difficultés, ainsi que des PME et des sous-traitants. « Nous les recevrons, pour voir comment les accompagner. On va recevoir aussi la FNSEA et regarder les risques d’impact sur les cultures », a-t-il indiqué sur BFMTV.

Je fais un don

Soutenir le Journal Chrétien, c’est aider au développement d’un média affranchi de toute influence mondaine ; c’est faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile; c’est offrir aux chrétiens des ressources qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs.

Merci beaucoup pour votre désir de soutenir le Journal Chrétien et ses activités comme le site d’information Chretiens.info, la plateforme d’étude biblique Bible.audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, le nouveau portail chrétien francophone Chretiens.com, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour » éditée par le Journal Chrétien.

Vos dons sont déductibles d’impôts

Chaque donateur bénéficie d’une réduction d’impôt de 66 % du montant de ses dons, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Il reçoit un reçu fiscal émis par J’aime l’info, une association loi 1901, reconnue d’intérêt général, qui a pour objet le soutien au pluralisme de l’information et la défense d’une presse numérique indépendante et de qualité.

Comment nous soutenir?

Vous pouvez nous soutenir par:

1. carte bancaire ou par prélèvement automatique

Faites votre paiement par carte bancaire ou par prélèvement automatique  ici.

2. virement bancaire

Vous pouvez faire votre virement SEPA en adressant votre paiement à J’aime L’info pour qu’ils soient éligibles à une déduction fiscale, en précisant « don au Journal Chrétien » :

J’aime L’info
226 rue Saint-Denis
75002 Paris
IBAN : FR1240031000010000388072S04
BIC : CDCGFRPPXXX

3. chèque

Vous pouvez choisir de verser votre don en nous adressant un chèque libellé à l’ordre de :


Le Journal Chrétien - J’aime l’info
10-14 rue Jean Perrin
17000 La Rochelle, France

4. Paypal (sans déduction fiscale)

Vous pouvez également effectuer votre don par Paypal.

Toute l’équipe du Journal Chrétien vous remercie pour votre soutien et votre confiance.

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Recevez un message biblique par jour