Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Huawei exclu des réseaux 5G au Royaume-Uni : un choix néfaste

Londres a annoncé mardi une interdiction générale de la participation de Huawei au déploiement des réseaux 5G au Royaume-Uni, marquant un changement complet de politique envers l’entreprise chinoise de télécommunications sous la pression de Washington et des groupes conservateurs locaux.

Le ministre du Numérique, de la Culture, des Médias et du Sport, Oliver Dowden a assuré qu’il s’agissait de « la bonne » décision pour les réseaux télécoms britanniques, tant pour la sécurité nationale et l’économie du pays, « tant aujourd’hui que sur le long terme ».

En réalité, le Royaume-Uni fait là un choix à la fois mauvais et erronné.

Tout d’abord, les préoccupations en matière de sécurité que le gouvernement britannique a évoquées pour écarter Huawei ne sont tout simplement pas fondées.

Huawei, comme Nokia ou Ericsson, est une entreprise privée qui appartient à ses milliers d’employés. Donc, accuser l’entreprise de travailler pour le gouvernement chinois est simplement un mensonge.

Jusqu’à présent, personne – pas même le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo ni le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien qui font pourtant feu de tout bois pour dénigrer Huawei – n’a été en mesure de présenter des preuves crédibles prouvant que l’entreprise constitue une menace pour la sécurité.

En revanche, les 91 contrats commerciaux 5G conclus entre Huawei et ses partenaires dans le monde entier, dont plus de la moitié en Europe, démontrent son excellence en matière de gestion de la sécurité.

« Nous sommes probablement l’organisation la plus ouverte et la plus transparente au monde. Nous sommes probablement aussi l’organisation la plus critiquée et qui subit les plus grandes pressions », a indiqué à la BBC John Suffolk, responsable de la cybersécurité et de la protection de la vie privée chez Huawei.

En outre, cette exclusion va à l’encontre des intérêts à long terme du Royaume-Uni. Bien au contraire, elle engendra pour ce pays des dépenses supplémentaires, un travail colossal et une expérience client médiocre lors de la mise en place de ses propres infrastructures 5G.

Photo d’archive prise le 20 février 2020 lors d’un lancement de produits et de solutions Huawei à Londres, au Royaume-Uni. (Xinhua/Han Yan)

Dans un communiqué publié peu de temps après l’annonce officielle de l’interdiction, Ed Brewster, porte-parole de Huawei UK, a affirmé que celle-ci « risque de mettre le Royaume-Uni sur la voie lente du numérique ».

Au fil des décennies, Huawei a joué un rôle essentiel dans la construction des réseaux 3G et 4G au Royaume-Uni, avec des résultats avérés. La société chinoise est également un chef de file dans les télécoms nouvelle génération, disposant en 2019 du plus grand nombre de brevets 5G au monde et de la plus grande part des contributions à la norme 5G, selon une étude de la société d’intelligence économique IPlytics.

Vodafone et BT, deux des opérateurs télécoms britanniques de premier plan, utilisent largement les équipements de Huawei dans leurs réseaux. D’après la chaîne américaine CNBC, ses produits représentent les deux tiers des équipements de BT et un tiers de ceux de Vodafone, aux côtés de ses concurrents européens Nokia et Ericsson.

BT a averti que ses clients à travers le pays pourraient être affectés par des coupures s’il était forcé de troquer les équipements Huawei contre ceux d’un autre fournisseur, tandis que Vodafone a prévenu qu’il aurait à dépenser « quelques milliards » de livres pour mener à bien une telle opération.

« Je crains que l’imposition ultra agressive d’un changement de politique soit susceptible d’entraver notre reprise économique au Royaume-Uni », avait déploré la semaine dernière Andrea Donà, chef des réseaux de Vodafone UK, devant des parlementaires britanniques.

Le 8 juillet 2020, lPremier ministre britannique, Boris Johnson, quitte son bureau du 10 Downing Street à Londres, au Royaume-Uni. (Xinhua/Tim Ireland)


En outre, l’exclusion de Huawei se traduirait par une baisse de la concurrence sur le marché et une augmentation des dépenses. Nokia et Ericsson, les deux seuls autres fournisseurs d’équipements de réseau Radio Access Network (RAN) 5G qui sont autorisés à opérer au Royaume-Uni, fourniront leurs services à un prix vraisemblablement plus élevé que celui de Huawei.

Plus important encore, cette décision éclipsera la coopération entre le Royaume-Uni et la Chine, qui a pris de l’ampleur ces dernières années, et revêt une importance particulière pour ce pays européen qui doit amorcer une forte reprise économique dans une ère post-Brexit et post-pandémie.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson avait déclaré en début d’année qu’il était toujours attaché à « l’âge d’or » des relations sino-britanniques. Ainsi, le gouvernement du Royaume-Uni devrait faire des efforts pour empêcher des forces extérieures de torpiller son partenariat avec la Chine.

Ce changement de politique de Londres envers Huawei pourrait également porter atteinte à la crédibilité du Royaume-Uni. En tant que centre financier et commercial mondial, ainsi qu’en tant que destination favorable pour les investissements étrangers, il est dans son intérêt de maintenir un marché équitable, ouvert et dépourvu de toute discrimination.

Or, l’exclusion de Huawei sur la foi d’accusations sans fondement provoquera un effet dissuasif et découragera des investisseurs potentiels dans le monde entier de faire des affaires au Royaume-Uni.

En fin de compte, les décideurs politiques qui occupent le 10 Downing Street doivent comprendre que leur décision ne fait qu’aider Washington à mener sa politique du « America First » aux dépens du Royaume-Uni.

Agir avec nous

Nous avons fait le pari d’un journalisme moderne, chrétien et de qualité. Nous avons choisi de mettre les intérêts des lecteurs et leurs préoccupations au cœur de notre stratégie rédactionnelle.

De ce fait, notre ligne éditoriale est ouverte, nous parlons de tous les sujets, sans parti pris. Nous analysons les faits, décryptons l’information et offrons à nos lecteurs les outils qui leur permettent de se forger leur propre opinion.


❤️Faites un don de 1 € pour le Journal Chrétien

Abonnez-vous à nos publications sur Instagram

Le Journal Chrétien publie quotidiennement des versets bibliques en images et des vidéos chrétiennes sur Instagram. Abonnez-vous à notre page ici.

Téléchargez nos applications chrétiennes

Grâce à vos dons, nous avons développé les applications du Journal Chrétien et de la plateforme d’étude biblique Bible.audio dont les frais d’hébergement et de fonctionnement  dépendent de votre générosité.

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de journaux, télévisions et radios appartiennent à quelques milliardaires ou à des multinationales très puissantes, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est aujourd’hui essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde.

Le Journal Chrétien est un média chrétien : 

– indépendant. Nous ne recevons aucune aide de l’Etat, nous n’appartenons pas un grand groupe ni à une église. De ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons est exempt d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.

– gratuit. le Journal Chrétien produit chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux religieux, économiques, politiques, environnementaux et sociaux qui intéressent un large public. Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.

– sans publicité Nous estimons que la publicité a tendance à distraire le lecteur et à favoriser la surconsommation. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

– diffusant des dépêches d’agences de presse. Le Journal Chrétien est le premier média protestant francophone à proposer des dépêches d’agences de presse telles que Reuters et Xinhua.

au service des églises. Le Journal Chrétien diffuse des informations fiables sur les églises et les chrétiens engagés dans un ministère quelconque (pasteurs, artistes chrétiens, etc.)

– offrant des ressources bibliques sur www.bible.audio. Bible.audio propose une vingtaine de traductions de la Bible, des dictionnaires, encyclopédies, lexiques et commentaires bibliques.

Soutenez bible.audio

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter