Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

La pandémie de COVID-19 approche-t-elle d’un « tournant » ?

Avec les vaccinations contre le COVID-19 en cours, alors que le nombre de nouveaux cas et de décès diminue chaque jour dans le monde, l’épidémie a montré une tendance à la baisse.

Mais les experts du monde entier ont souligné qu’il était encore trop tôt pour parler de la date de fin de la pandémie et que la vigilance restait de mise car le « tournant » n’était pas encore arrivé.

« Il est prématuré de penser que nous allons en finir avec ce virus d’ici la fin de l’année », a déclaré Mike Ryan, directeur exécutif du programme des urgences sanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’une conférence de presse régulière lundi.

L’OMS s’efforce maintenant de maintenir la transmission du COVID-19 au niveau le plus bas possible, ce qui contribuera à prévenir l’apparition de variants et à réduire le nombre d’infections et d’hospitalisations, a déclaré M. Ryan.

Notant que les pays et régions du monde entier accéléraient le déploiement des vaccins, Stanley Perlman, professeur de microbiologie et d’immunologie à l’Université de l’Iowa, a déclaré à Xinhua que ce n’était que lorsque les gens du monde entier seraient vaccinés que la pandémie mondiale approcherait un « tournant ».

« Sinon, le virus sera toujours à l’affût et pourrait muter », a déclaré M. Perlman.

« C’est un grand moment d’optimisme, mais il est aussi très fragile à bien des égards », a déclaré Wafaa El-Sadr, épidémiologiste à la Mailman School of Public Health de l’Université de Columbia. « Nous voyons la lumière au bout du tunnel, mais c’est encore un long tunnel. »

M. Ryan a déclaré que le monde accélérerait dans le contrôle de la pandémie « si les vaccins commencent à avoir un impact non seulement sur la mortalité et l’hospitalisation, mais aussi sur la dynamique de la transmission et le risque de transmission ».

Ses propos ont été repris par M. Perlman, qui a déclaré que « les gens seraient prudents pendant un an ou deux, même en supposant que l’immunité collective soit atteinte ».

Lorsque les gens verront un semblant de normalité, ils devraient être attentifs à la réémergence du virus, a déclaré le professeur, ajoutant que « nous avons besoin d’une meilleure surveillance et d’une confiance et d’une communication intergouvernementales » pour répondre conjointement aux défis.

Anthony Fauci, expert américain en maladies infectieuses, a déclaré sur l’émission « Face the Nation » de CBS que bien que le nombre de cas quotidiens de COVID-19 aux Etats-Unis soit passé de 300.000 à 70.000, le niveau de référence des cas était encore très élevé.

Le niveau doit encore baisser avant que le pays ne puisse reprendre avec confiance des activités normales, même si le déploiement du vaccin s’accélère, a-t-il dit.

M. Fauci a noté que lors des périodes passées de la pandémie, « lorsque nous avons commencé à nous retirer prématurément, nous avons vu un rebond. Nous ne voulons absolument pas que cela se produise ».

Selon les données publiées par l’OMS mardi, plus de 2,6 millions de nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés la semaine dernière, soit une augmentation de 7% par rapport à la semaine précédente, après six semaines consécutives de baisse.

« Nous constatons des tendances encourageantes en termes de réduction de l’incidence, mais la semaine dernière … nous indique que le virus va rebondir », a déclaré Maria van Kerkhove, responsable technique de la réponse au COVID-19 au sein du Programme des urgences sanitaires de l’OMS.

« Nous devons tous être sévèrement avertis que le virus va rebondir si nous le laissons faire », a-t-elle déclaré.

Chandra Kanneganti, président national de la British International Doctors Association, a déclaré : « Ce n’est pas le moment de baisser la garde. Il faudra beaucoup de temps, avant qu’une grande partie de la population ne soit vaccinée pour empêcher sa propagation rapide ».

Il est crucial de « continuer à appliquer toutes les précautions nécessaires que les différentes agences médicales ont prescrites », a déclaré M. Kanneganti.

Pour un média chrétien gratuit et sans pubblicité, soutenez le Journal Chrétien dès 1€

Nous avons fait le pari d’un journalisme moderne, chrétien et de qualité. Nous analysons les faits, décryptons l’information et offrons à nos lecteurs les outils qui leur permettent de se forger leur propre opinion.

Le Journal Chrétien accorde une place importante à la Bible, un instrument efficace mis par Dieu dans les mains des croyants pour leur enseigne les comportements adaptés à la volonté divine. Voilà pourquoi nous proposons des études bibliques et une application de ressources bibliques.

Tous ces services ont un coût. Le Journal Chrétien ne peut pas poursuivre son travail d’information et d'évangélisation sans des dons réguliers. Votre soutien financier nous est donc précieux.

❤️Faire un don pour soutenir le Journal Chrétien 

Le Journal Chrétien étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts en France à hauteur de 66%.

Soutenez la mission du Journal Chrétien

Le Journal Chrétien est un exemple rare dans le paysage médiatique: totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre, et sans publicité. Si vous appréciez nos publications, faites un don pour nous permettre de poursuivre notre mission.

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter