Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Cameroun : Le Centre de Santé EPC d’Ambam , un modèle de philanthropie 

Ambam, chef-lieu du département de la Vallée-du-Ntem, dans le Sud du Cameroun, abrite le Centre de Santé de de l’Église presbytérienne camerounaise (EPC). «Sur 150 malades que nous recevons, 60 viennent du Gabon et 40 de la Guinée Équatoriale», déclare fièrement Edmond Nesiol Nsomoto, patron de la structure. Parce que «le patient est roi», les consultations se font tous les jours et à toute heure au prix accessible de 500 FCFA, ce qui permet de prendre en charge tous les usagers. Qui qu’on soit, d’où qu’on vienne, quoi qu’on veut, il y a la place pour tous.

Le sens du partage

Malgré que la tendance actuelle au Cameroun veuille qu’on ne reçoive le soin à l’hôpital qu’après l’avoir payé, le Centre de Santé EPC d’Ambam fait exception puisqu’on s’occupe d’abord du malade et la rémunération suit.

« Nous sommes restés dans l’esprit des hôpitaux EPC depuis leurs créations qui voudrait que le personnel priorise la vie humaine à l’argent » explique le Chef. En plus, les indigents bénéficient gracieusement des soins. Leurs factures sont classées dans un registre nommé « compte charité ».

Maison d’accueil des personnes hospitalisées à Ambam

La culture d’hospitalité

Depuis sa création en 1957, un espace est réservé aux malades hospitalisés ainsi que leurs garde-malades. En plus, le personnel résidant dans les alentours du centre reste disposé à secourir. Cette générosité émeut les étrangers. À l’instar de Stéphane, 30 ans, venu du Gabon « On reçoit bien les gens, on nous héberge, on nous aide… on se sent comme chez nous. En plus ils sont efficaces. Les nôtres trouvent toujours satisfaction ici ».

Francis MINLO MINLO, Infirmier Diplômé d’État Principal, reçoit une patiente

L’art d’accueillir les patients                                                                                                                                                                   Francis MINLO MINLO, Infirmier Diplômé d’État Principal, est chargé de l’accueil. Il est assez soucieux des patients. « L’accueil est le lieu où le patient prend contact avec l’hôpital pour la première fois. C’est à partir de là qu’il a l’assurance d’être au bon endroit. Je sais que celui qui est devant moi arrive étant physiquement amorti. En plus de cela, il a ses problèmes et ses charges qu’il n’arrive plus à supporter parce qu’il est malade. Il a besoin d’être reçu dans les meilleures conditions pour voir le monde du bon côté ».

Le Planning Familial et la Consultation Postnatale mère et enfant : des soins gratuits
Le centre offre une consultation à toute jeune maman et son nouveau-né. En plus les enfants bénéficient d’un suivi jusqu’à l’âge de 5 ans, allant au-delà de la norme qui fixe le suivi de l’enfant à 59 mois après la naissance.

Ntsama Mbogossi, Infirmière Diplômée d’État Principale

Pour ce qui est du Planning Familial, on n’a pas besoin de dépenser un centime pour se procurer des préservatifs car ils sont distribués à tout usager qui en a besoin. De plus, compte tenu du faible pouvoir d’achat des populations, quelques méthodes contraceptives féminines sont gratuites pour les élèves de 13 à 23 ans. De cette manière le Centre de Santé EPC d’Ambam participe aussi bien à la prévention des IST qu’à la réduction des grossesses précoces et non désirées. Chimène Princesse NTSAMA, Infirmière Diplômée d’État Principale, qualifie ses services d’«extrêmement riches» au regard de la relation affective qu’elle entretient avec ses patients. Etre proche des patients fait sa fierté.

Le suivi optimal pendant la grossesse

On le surnomme « le mari des femmes enceintes » tellement qu’il sait en prendre soin. Maxime OYONO, Infirmier Diplômé d’État Principal, est en charge des consultations prénatales. Il consulte 07 à 10 femmes enceintes en un mois. Les femmes le complimentent sans cesse car il gère patiemment leurs caprices. Au-delà des risques, le plus important reste de sauver des vies.

Maxime OYONO, Infirmier Diplômé d’État Principal

Faire un don

A travers le monde, vous êtes des millions à lire le Journal Chrétien, un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps. Chaque visiteur de notre site y trouvera quelque chose d’unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fausses informations, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.
C’est pourquoi il est si important que le Journal Chrétien demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût qui nécessite la mobilisation de la communauté chrétienne. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l’univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.

NB: Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Je fais un don

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter