Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

« Reconnaître la dimension religieuse de chacun est primordial », dit Christelle Luisier Brodard

Réélue au Conseil d’État et désormais présidente du gouvernement vaudois, Christelle Luisier Brodard veut mener à terme le processus de reconnaissance des communautés religieuses du canton.

C’est son choix: Christelle Luisier Brodard, désormais présidente du gouvernement vaudois, garde les rênes du Département des institutions et du territoire (DIT). Et ce, même si le pan religieux de ce dicastère regorge d’enjeux complexes, à l’heure où la Commission consultative en matière religieuse (CCMR) poursuit son instruction auprès des trois communautés religieuses candidates au statut d’intérêt public: la Fédération évangélique vaudoise (FEV), l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) et la Fédération anglicane et catholique chrétienne. Interview.

Ce travail d’instruction s’apparente-t-il à une opération de surveillance?

Il ne s’agit en aucun cas de surveillance. La Constitution vaudoise offre la possibilité à une Église d’être reconnue d’intérêt public. C’est la communauté intéressée qui en fait la demande. À partir de là s’ouvre une démarche partenariale entre elle et l’État, qui l’accompagne dans le processus de reconnaissance. Celui-ci s’inscrit toutefois dans un cadre fixé par une loi. Il nous appartient donc de veiller à ce qu’il soit respecté et c’est la mission de la CCMR. Au-delà de l’aspect légal, je relève que le dialogue instauré est bénéfique pour tous et à long terme. Selon moi, reconnaître la dimension religieuse de chacun est primordial pour la cohésion dans notre canton, cela dans une dimension de respect et de compréhension des uns envers les autres.

Si une communauté est reconnue d’intérêt public, y aura-t-il encore des pointages?

Dès le moment où une reconnaissance est acquise, les conditions fixées à son obtention devront subsister, ce qui supposera effectivement d’assurer un suivi, dont la forme et le rythme restent à définir. Le but est toutefois de créer et de développer un lien de confiance entre les communautés reconnues et l’État.

Ce traitement n’induira-t-il pas une inégalité avec les Églises historiques?

Les Églises historiques sont reconnues de manière constitutionnelle. Il y aura de fait une différence de traitement, mais elle est assumée. Et ce depuis la création de ce processus de reconnaissance.

Il n’est pourtant pas exclu que, dans certaines paroisses protestantes ou catholiques, des ministres puissent tenir des propos intolérants…

Les risques existent bien entendu, mais nous sommes dans un dialogue régulier avec les Églises sur ces questions.

Pour certains courants évangéliques, le créationnisme est un fondement théologique. Est-il réaliste de penser qu’il soit totalement absent dans les Églises de la FEV?

Le travail mené par la CCMR permettra d’établir s’il existe un éventuel fondement théologique de cette nature. À cet égard, je rappelle que la déclaration liminaire d’engagement signée par les communautés prohibe notamment tout positionnement de leur part allant à l’encontre de l’enseignement prodigué dans l’école publique, qui est neutre politiquement et confessionnellement, ainsi que fondé sur des réalités scientifiquement établies.

De même, peut-on assurer que ces communautés sont irréprochables sur les questions d’égalité et d’homosexualité?

Comme je l’ai indiqué, les communautés ont dû signer, avant de s’engager, une déclaration liminaire qui contient des éléments liés à la non-discrimination. Certaines Églises évangéliques se sont d’ailleurs retirées de la FEV au moment d’entériner ces prérequis. D’autres se sont inquiétées de devoir, à terme, unir des couples homosexuels. Nous n’interviendrons pas sur les pratiques cultuelles. Il appartiendra à la CCMR d’établir si lescommunautés requérantes satisfont aux conditions légales.

Pourtant, selon une étude de l’Université de Bâle, les ministres issus des Églises historiques qui refuseraient de bénir des personnes homosexuelles pourraient, quant à eux, se voir sanctionnés pénalement…

Effectivement, selon l’appréciation des auteurs de cette étude, le risque d’une condamnation pénale ne pourrait être totalement exclu. En ce sens, leur conclusion pose une question sans qu’une réponse catégorique y soit visiblement apportée. L’étude indique ainsi qu’il y aurait lieu de procéder à une pesée des intérêts entre le droit de la communauté à l’indépendance spirituelle et le principe de non-discrimination.

Quand le travail de la CCMR sera-t-il terminé?

Le processus, qui dure cinq ans, a été retardé par le Covid. On peut imaginer que la CCMR termine son travail d’instruction concernant les Églises anglicanes et catholiques chrétiennes d’ici à la fin de cette année. Un projet de loi ou de décret pourrait donc être soumis au Grand Conseil en 2023. Pour les autres communautés requérantes, l’instruction durera à tout le moins jusqu’en 2024.

Si la CCMR rend un rapport positif, la reconnaissance sera-t-elle automatique?

Non. Le dossier remontera d’abord au Conseil d’État qui se positionnera, puis au Grand Conseil. Il existe également la possibilité d’un référendum facultatif. Ce processus est donc éminemment démocratique. Un préavis positif de la CCMR devrait cependant faciliter l’ensemble du processus d’approbation, notamment au niveau juridique. Une telle thématique dépasse cependant la seule rigueur du droit. Dès qu’on parle de religion cela ouvre un vaste débat. Personne ne peut donc empêcher qu’un député s’élève contre une reconnaissance.

De même, personne ne peut empêcher le peuple, à son tour, de refuser qu’une communauté soit reconnue…

C’est pourquoi nous devons être exemplaires. Le processus doit être transparent, équitable et connu. Le plus gros défi sera de faire connaître au mieux les tenants et aboutissants des demandes et des exigences de l’État envers les communautés. Ces thèmes doivent revenir au centre du débat de société.

Je fais un don
Je fais un don

Vous pouvez soutenir le Journal Chrétien par carte bancaire, par prélèvement automatique, par virement bancaire ou par chèque en suivant les étapes ci-dessous.

Afin de vous permettre d’exprimer librement votre générosité en soutenant le Journal Chrétien, J’aime l’info a ouvert cette page de dons hébergée par la plateforme sécurisée Donorbox.

Effectuez votre don sur Donorbox en trois étapes:

Pour effectuer votre don, les 3 étapes à suivre sont très simples.

Étape 1 : Choix du montant

Sur la première page, renseignez le montant de votre don dans la case en choisissant votre devise (euro, dollar, franc Suisse ou Franc CFA).

Il est souhaitable de cocher la case « Écrivez-nous un commentaire », et si vous le voulez cochez également la case « Affichez votre don et commentez sur le mur des donateurs »

Puis cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 2 : Informations personnelles ou celles de l’entreprise

Afin de recevoir une confirmation de votre paiement et le reçu fiscal, il est nécessaire de renseigner vos coordonnées personnelles (prénom, nom de famille, Email, téléphone, adresse postale) ou celles de la société donatrice si le don est fait par une entreprise. Ces informations nous permettrons de vous identifier et de vous adresser les reçus fiscaux.

A ce stade, vous pouvez choisir de « Faire un don anonyme » ou préciser que « Ce don est pour le compte d’une entreprise » si tel est le cas.

Cochez aussi la case pour déclarer sur l’honneur que les coordonnées que vous avez mentionnées sont certifiées conformes.

Cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 3 : Paiement

Choisissez votre mode de paiement en cliquant sur les icônes « Carte » ou « Prélèvement automatique ».

Renseignez les coordonnées nécessaires :
Pour le paiement par carte bancaire, vous devez renseigner le numéro de la carte, la date d’expiration et le code de sécurité.

Pour le paiement par prélèvement automatique, vous devez renseigner l’IBAN de votre compte bancaire.

Cliquez sur le bouton « Faire un don + montant de votre don ».

Un mail vous sera automatiquement envoyé pour confirmer votre opération.

Effectuez votre don par virement bancaire ou par chèque

Paiement par chèque

En plus des options de paiement proposées ici sur Donorbox, vous pouvez aussi choisir de verser votre don en nous adressant un chèque libellé à l’ordre de :


Le Journal Chrétien - J’aime l’info
10-14 rue Jean Perrin
17000 La Rochelle, France

Paiement par virement bancaire

Vous pouvez faire votre virement SEPA en adressant votre paiement à J’aime L’info pour qu’il soit éligibles à une déduction fiscale, en précisant « don au Journal Chrétien » :


J’aime L’info
226 rue Saint-Denis
75002 Paris

IBAN : FR1240031000010000388072S04

BIC : CDCGFRPPXXX

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien est aussi un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile; c’est offrir aux chrétiens des ressources qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs.

Votre don permet au Journal Chrétien de continuer à proposer des services gratuits comme le site d’information Chretiens.info, la plateforme d’étude biblique Bible.audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, le nouveau portail chrétien francophone Chretiens.com, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour » éditée par le Journal Chrétien.

Vos dons sont déductibles d’impôts

Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujettie à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Chaque donateur reçoit immédiatement un reçu fiscal émis par J’aime l’info, une association reconnue d’intérêt général, qui a pour objet le soutien au pluralisme de l’information et la défense d’une presse numérique indépendante et de qualité.

Merci infiniment pour votre soutien

L’équipe du Journal Chrétien.

—————————————————————-

Le Journal Chrétien est un média d’espérance qui passe l’information au tamis de l’Évangile. Il parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Il appartient au portail web évangélique Chretiens.com qui regroupe la plateforme de ressources bibliques Bible audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour« .

Le site Chretiens.info propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la newsletter

Soutenez le Journal Chrétien, le média de la vérité qui passe l’information au tamis de l’Évangile.