Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Les chrétiens évangéliques confrontés aux abus spirituels

Les abus spirituels et physiques au sein des mouvements évangéliques ne sont pas rares: certains cas sont malgré eux propulsés sur le devant de la scène. Ils mettent en lumière un système de hiérarchie problématique. Analyse
En Afrique du Sud, la mission évangélique Kwasizabantu (KSB), très connue dans le pays et présente en Europe, notamment en France et en Suisse, fait l’objet d’une enquête policière après des allégations d’abus de grande ampleur révélés cet automne.

À une autre échelle, depuis ce printemps, un collectif rassemblant plus d’une trentaine d’anciens étudiants, professeurs et bénévoles de l’Institut francophone de théologie de Jérusalem (IFTJ) alerte sur des dysfonctionnements graves et répétés au sein de l’institut biblique évangélique.

Finalement, moins alarmant mais tout aussi révélateur, un des fondateurs du mouvement Europe shall be saved a quitté l’aventure après avoir vécu un «abus d’autorité». Le milieu évangélique est aussi confronté à des abus d’autorité pouvant entraîner des situations graves, extrêmement préoccupantes et dévastatrices pour les victimes: trois cas de figures récents qui amènent à réfléchir.

«Tests de virginité» et «passages à tabac»

Installée au cœur de la Drôme des collines (région Rhônes-Alpes), l’école protestante du Cèdre a tout pour être un cadre idyllique pour étudier: bâtiments flambant neufs, professeurs dévoués, faibles effectifs par classe, uniformes proprets et terrains de sport au milieu de la forêt. Véritable vitrine de la mission Kwasizabantu, l’école privée hors contrat jouit d’une excellente réputation dans la région. Le mouvement fondé en 1970 en Afrique du Sud par Erlo Stegen a fait des émules en France (en région parisienne, en Alsace et dans le Sud-Est), mais aussi en Allemagne, en Roumanie, et en Suisse.

La famille Läderach, propriétaire de la chocolaterie du même nom à Ennenda, dans le canton de Glaris en Suisse, a notamment fait partie des chevilles ouvrières de KSB en terres helvétiques.

Aujourd’hui, le mouvement est plus divisé que jamais. Une scission s’est faite entre les membres restés fidèles à la base en Afrique du Sud et les missions Kwasizabantu aux Pays-Bas, en Belgique, en France, en Suisse et en Australie, indépendantes depuis 2019. Elles dénonçaient le contrôle abusif des dirigeants et l’opacité financière.

Depuis l’automne, la branche mère de la mission fait l’objet d’un contrôle minutieux de la part des autorités après la longue enquête de News24. Le média sud-africain allègue une inconduite généralisée de la part de membres de l’Église, dont des atteintes aux droits de l’homme tels que des viols et des passages à tabac. KSB est également accusée d’agir comme une secte. On lui reproche notamment d’avoir fait subir des «tests de virginité» à des jeunes filles, rapporte la radio Deutsche Welle.

Soumis par la peur

En Europe aussi, ce même mouvement a fait des dégâts, dénoncent d’anciens membres sous couvert d’anonymat. Ils décrivent une organisation légaliste, soucieuse des apparences et qui contrôle ses membres via la peur et la confession de toute pensée critique ou négative à des «conseillers spirituels» qui en informent la hiérarchie. Des cas d’abus sexuels impliquant des mineurs auraient même été couverts, selon plusieurs sources. Les responsables, informés, auraient enjoint les victimes à pardonner à leurs agresseurs.

De nombreux mariages ont été arrangés au sein de la communauté, à coup de «Dieu m’a dit que je devais me marier avec toi». Ou te marier avec lui/elle. Aujourd’hui âgé de 85 ans, Erlo Stegen a exercé et exerce potentiellement encore un pouvoir absolu sur ses adeptes. «Qui est du côté du Seigneur?» a-t-il l’habitude de demander dès qu’une critique germe. Une manière de mettre ainsi fin à tout compromis et toutes discussions. Un tel abus d’autorité dans un contexte spirituel peut sembler caricatural.

Enquête pour «abus de faiblesse»

En ce qui concerne le cas de l’Institut francophone de théologie de Jérusalem et son directeur, les faits reprochés à Jacques Elbaz ne sont pas comparables aux allégations à l’encontre de KSB. Néanmoins, le Parquet de Paris a ouvert une enquête pour «abus de faiblesse». La Miviludes avait saisi le Parquet en juillet. L’enquête a été confiée à l’office central pour la répression des violences aux personnes, révèle l’hebdomadaire Réforme, qui a publié plusieurs articles sur le sujet.

Si entre KSB et l’IFTJ l’échelle et les conséquences sont différentes, les membres du collectif dénoncent une même «instrumentalisation de la foi», une volonté de contrôle total et abusif et l’usage de menaces voire de violence physique. Plusieurs anciens étudiants, professeurs et bénévoles contactés par Christianisme Aujourd’hui applaudissent l’institution mais réprouvent les agissements du pasteur ADD Jacques Elbaz, «indignes d’une institution académique».

«Soit on est du côté du directeur et on obéit au doigt et à l’œil; soit on est suspect, rebelle», décrit David, ancien professeur. «Un système de contrôle est mis en place avec des personnes référantes qui vont surveiller et faire remonter des informations sur les autres étudiants. Celui qui ne va pas rapporter les choses est alors pris dans le collimateur et isolé», poursuit celui qui est pasteur. «Pour nuire, le directeur de l’IFTJ peut aller jusqu’à imposer d’écrire de faux témoignages», assure David. Les membres du collectif, dont la plupart ne se connaissaient pas avant, dénoncent par ailleurs les menaces régulières d’annulation de visa et de non-validation du diplôme pour qui refuserait de se plier à l’autorité suprême de Jacques Elbaz.

Violent, mais pas gourou

Ancien étudiant devenu pasteur, Pierre (prénom d’emprunt) décrit Jacques Elbaz comme un homme de conviction qui agit dans un pays très difficile, mais «qui a fait des dégâts et brisé des vies». Pour lui, le natif de Marseille connu pour son franc-parler est un «excellent manipulateur doté d’un très fort charisme, mais loin d’être un artisan de paix». Il poursuit: «C’est un homme dans une extrême souffrance qui a des dérives et qui peut être extrêmement violent. Mais ce n’est pas un gourou», estime-t-il. Il déplore un rapport ambigu à l’argent. Un brin désabusé, Pierre attend que les autorités ecclésiales prennent leurs responsabilités. «S’il est établi que certains des actes de Jacques Elbaz, en tant que directeur de l’IFTJ, ne sont pas en adéquation avec nos valeurs, nous prendrons les mesures qui s’imposent», a indiqué le bureau national des Assemblées de Dieu, dans un communiqué fin août.

Bien que le pasteur franco-israëlien soit titulaire d’une carte pastorale de l’Union nationale des Assemblées de Dieu de France (UNADF), «les Églises et l’IFTJ, dont le pasteur Jacques Elbaz s’occupe en Israël, n’en sont pas membres: ce sont des structures indépendantes de notre organisation qui ne relèvent pas de notre supervision», précise le communiqué.

Un sain contrôle

«J’ai vécu un abus d’autorité qui a duré plus d’un an. Je suis en convalescence», révèle pour sa part Christian Kuhn, directeur du Réseau évangélique suisse (RES). Ces abus subis l’ont poussé à quitter la direction du mouvement œcuménique d’évangélisation Europe shall be saved. Pour ne pas tomber lui-même dans une dérive autoritaire ou abusive, Christian Kuhn a depuis plusieurs années décidé de donner un droit de regard sur son comportement à une quinzaine de personnes.

«Les gens qui ont un charisme dominant sont souvent seuls, ils font le vide autour d’eux. Il faut de la redevabilité, mais une saine redevabilité qui ne soit pas l’expression d’une maîtrise», encourage-t-il. Tout le contraire des «conseillers spirituels» et systèmes de surveillance qui font remonter les faits et gestes des uns et des autres à la hiérarchie.

Contrer et prévenir les abus spirituels

«Il y a trente ans, c’était passé sous silence. Aujourd’hui les Églises prennent les choses au sérieux», souligne une victime suisse dont les cas d’abus sur ses enfants ont finalement été reconnus après des années de combat.
Pour Jean-François Mayer, historien et spécialiste des mouvements religieux contemporains, l’expression de ces abus de pouvoir et de faiblesse, identifiés chez les évangéliques, est l’expression beaucoup plus large de ce qui se joue au sein de diverses religions et sensibilités chrétiennes. «Je suis frappé de constater qu’en moins de vingt ans, les cas d’emprise et de manipulation sur le plan spirituel se soient autant multipliés, des bouddhistes aux catholiques les plus réputés», explique-t-il. Un prélude parfois à la transgression plus grave d’abus sexuels.

«Les dérives dans l’exercice d’un mouvement spirituel atteignent toutes les traditions. La question est: quel peut être le rôle des institutions? On a les diocèses, les congrégations. Je partais du principe qu’elles pouvaient y mettre un terme chez les catholiques dernièrement, mais le contrôle n’a pas fonctionné», poursuit l’historien.

Encadrer plutôt que contrôler

Doit-il être question de «contrôle»? Son analyse le conduit à souligner combien les organisations faîtières deviennent certes plus sensibles à ces questions mais restent encore peu engagées sur ce sujet. «En terrain évangélique, je pense au rôle que devraient jouer les organisations faîtières, non pas un rôle d’autorité, mais d’orientation et d’encadrement, attirant l’attention sur certains de leurs membres et autres groupes», souligne Jean-François Mayer.

«Je trouve intéressant d’analyser le fonctionnement du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) et du Réseau évangélique suisse (RES), au-delà de leur rôle de représentation. Qu’on le veuille ou non, ils exercent un rôle de régulation et d’identification de problèmes potentiels. Ce peut être un levier positif dans un monde évangélique fragmenté, où peuvent surgir des figures charismatiques qui s’imposent comme références», appuie-t-il.

Reconnaître les signaux d’avertissement d’abus

«Toutes ces années, je me suis intéressé aux nouveaux mouvements contemporains. Ceux-ci comptent nécessairement des personnes touchées par de mauvaises expériences. Les abus en milieu spirituel concernent tous les extrêmes, des Églises très légalistes aux charismatiques», ajoute Jean-François Mayer.

L’historien chercheur auprès de l’Université de Fribourg interroge par ailleurs le déni et le refus de reconnaître les avertissements des uns et des autres. «Le risque est de laver son linge sale en famille mais la repentance et le pardon ne sont pas à écarter», rappelle-t-il.

Et de souligner la question centrale de la reconnaissance, alors que l’analyse complexe des signaux d’avertissement rend compte de la difficulté de discerner les faits face à de possibles dissimulations. Jean-François Mayer plaide pour une prise de conscience et de position des organisations faîtières en cas de situations rapportées en dehors de ces organes représentatifs notamment. «Qui interviendra lorsqu’un groupe n’est affilié à aucun autre? Le risque est de voir des personnes blessées quitter la foi. C’est tout à la fois la beauté extraordinaire et le péril d’un engagement religieux», conclut-il. (Christelle Bankolé, Christianisme Aujourd’hui)

Réaction du Dr André Maghakian, président de l’Ecole protestante du Cèdre

« En tant que président de l’Ecole protestante du Cèdre implanté sur la commune de Montmiral (Drôme) depuis la rentrée scolaire 2000, je tiens à apporter quelques corrections à votre article.

Il est à mon sens un peu ambigu et sous-entend des amalgames. Je voudrais donc préciser quelques points afin d’ôter toute suspicion erronée.

L’école a fonctionné et fonctionne encore sur le plan administratif, financier, du personnel enseignant, de sa direction, de façon totalement indépendante. Certes les fondateurs et une partie du personnel de l’école ont été dans le passé des sympathisants de la Mission Kwasizabantu, mais l’association de l’école n’a jamais été sous l’autorité de la mission Kwasizabantu en Afrique du Sud, elle n’était pas, comme vous l’affirmez, «la vitrine de cette mission».

D’ailleurs, lorsqu’en 2018 cette mission a proposé à l’école de la mettre sous sa tutelle, celle-ci a voulu garder son indépendance et non seulement elle a refusé, mais elle a aussi cessé toute relation avec cette mission. Pour s’assurer que les dérives constatées en Afrique du Sud ne se produiraient pas à l’école, des aménagements ont été mis en place dans l’association pour assurer une meilleure collégialité avec une nouvelle direction jeune, une pédagogie adaptée, une équipe professorale renouvelée et une collaboration plus proche avec des réseaux d’écoles chrétiennes en France.

Vous relatez un certain nombre de faits révélés par News24 qui se seraient passés sur la mission Kwasizabantu en Afrique du Sud, laissant sous-entendre un lien avec la France. Or ces faits ne concernent absolument pas l’école en France.

Une enquête est en cours en Afrique du Sud, et si ces faits graves s’avèrent exacts, nous les condamnerions avec la plus grande fermeté. Les associations qui représentaient la mission en Europe ont été dissoutes, et tous les membres actuellement engagés dans l’école qui dans le passé avaient des relations avec cette mission s’en sont séparé. Par ailleurs vous parlez d’abus sexuels sur mineurs et là aussi avec une certaine ambiguïté par rapport à l’école: je voudrais affirmer qu’à ma connaissance aucun enfant n’a subi dans le cadre de l’école d’abus en particulier de la part d’adultes et qu’au contraire, nous avons toujours cherché à protéger les enfants.

Enfin, l’Ecole protestante du Cèdre n’est absolument pas concernée par des mariages arrangés, ni de pression quelconque véhiculant une peur. De nombreux enfants avec leurs parents pourraient témoigner de leur reconnaissance d’avoir pu étudier à l’école. »

Dr André Maghakian, président de l’Ecole protestante du Cèdre

Je fais un don
Je fais un don

Vous pouvez soutenir le Journal Chrétien par carte bancaire, par prélèvement automatique, par virement bancaire ou par chèque en suivant les étapes ci-dessous.

Afin de vous permettre d’exprimer librement votre générosité en soutenant le Journal Chrétien, J’aime l’info a ouvert cette page de dons hébergée par la plateforme sécurisée Donorbox.

Effectuez votre don sur Donorbox en trois étapes:

Pour effectuer votre don, les 3 étapes à suivre sont très simples.

Étape 1 : Choix du montant

Sur la première page, renseignez le montant de votre don dans la case en choisissant votre devise (euro, dollar, franc Suisse ou Franc CFA).

Il est souhaitable de cocher la case « Écrivez-nous un commentaire », et si vous le voulez cochez également la case « Affichez votre don et commentez sur le mur des donateurs »

Puis cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 2 : Informations personnelles ou celles de l’entreprise

Afin de recevoir une confirmation de votre paiement et le reçu fiscal, il est nécessaire de renseigner vos coordonnées personnelles (prénom, nom de famille, Email, téléphone, adresse postale) ou celles de la société donatrice si le don est fait par une entreprise. Ces informations nous permettrons de vous identifier et de vous adresser les reçus fiscaux.

A ce stade, vous pouvez choisir de « Faire un don anonyme » ou préciser que « Ce don est pour le compte d’une entreprise » si tel est le cas.

Cochez aussi la case pour déclarer sur l’honneur que les coordonnées que vous avez mentionnées sont certifiées conformes.

Cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 3 : Paiement

Choisissez votre mode de paiement en cliquant sur les icônes « Carte » ou « Prélèvement automatique ».

Renseignez les coordonnées nécessaires :
Pour le paiement par carte bancaire, vous devez renseigner le numéro de la carte, la date d’expiration et le code de sécurité.

Pour le paiement par prélèvement automatique, vous devez renseigner l’IBAN de votre compte bancaire.

Cliquez sur le bouton « Faire un don + montant de votre don ».

Un mail vous sera automatiquement envoyé pour confirmer votre opération.

Effectuez votre don par virement bancaire ou par chèque

Paiement par chèque

En plus des options de paiement proposées ici sur Donorbox, vous pouvez aussi choisir de verser votre don en nous adressant un chèque libellé à l’ordre de :


Le Journal Chrétien - J’aime l’info
10-14 rue Jean Perrin
17000 La Rochelle, France

Paiement par virement bancaire

Vous pouvez faire votre virement SEPA en adressant votre paiement à J’aime L’info pour qu’il soit éligibles à une déduction fiscale, en précisant « don au Journal Chrétien » :


J’aime L’info
226 rue Saint-Denis
75002 Paris

IBAN : FR1240031000010000388072S04

BIC : CDCGFRPPXXX

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien est aussi un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile; c’est offrir aux chrétiens des ressources qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs.

Votre don permet au Journal Chrétien de continuer à proposer des services gratuits comme le site d’information Chretiens.info, la plateforme d’étude biblique Bible.audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, le nouveau portail chrétien francophone Chretiens.com, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour » éditée par le Journal Chrétien.

Vos dons sont déductibles d’impôts

Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujettie à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Chaque donateur reçoit immédiatement un reçu fiscal émis par J’aime l’info, une association reconnue d’intérêt général, qui a pour objet le soutien au pluralisme de l’information et la défense d’une presse numérique indépendante et de qualité.

Merci infiniment pour votre soutien

L’équipe du Journal Chrétien.

—————————————————————-

Le Journal Chrétien est un média d’espérance qui passe l’information au tamis de l’Évangile. Il parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Il appartient au portail web évangélique Chretiens.com qui regroupe la plateforme de ressources bibliques Bible audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour« .

Le site Chretiens.info propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la newsletter

Soutenez le Journal Chrétien, le média de la vérité qui passe l’information au tamis de l’Évangile.