Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Signes prometteurs en vue d’un accord sur le nucléaire iranien, selon une source à l’Elysée

Télécharger l'application du Journal Chrétien

PARIS (Reuters) – Les négociations avec l’Iran sur son programme nucléaire restent « difficiles » mais des signes plaident en faveur d’un accord, a déclaré vendredi une source à l’Elysée à l’issue d’un entretien entre le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine.

Les discussions indirectes entre l’Iran et les Etats-Unis sur l’accord de 2015 ont repris il y a deux mois à Vienne, après un long hiatus consécutif à l’élection à la présidence iranienne de l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, mais les négociateurs se plaignent de leur lenteur.

Selon une source diplomatique française, le mois de février pourrait être « décisif » après de « timides » progrès.

Depuis la décision prise en 2018 par Donald Trump de retirer les Etats-Unis du Plan d’action global commun (PAGC, ou JCPoA en anglais), le nom technique du texte sur le programme nucléaire iranien signé à Vienne en 2015, Téhéran a pris de nombreuses libertés par rapport à l’accord, notamment en matière d’enrichissement de l’uranium.

L’émissaire européen Enrique Mora, qui coordonne les discussions de Vienne, a annoncé vendredi sur Twitter que les délégations regagnaient leurs pays respectifs pour une pause, avant de reprendre la semaine prochaine ce septième cycle.

Des représentants de l’Allemagne, de la Chine, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Iran et de la Russie participent aux pourparlers.

« Les participants vont regagner leurs capitales respectives pour des consultations et instructions. Des décisions politiques sont nécessaires maintenant. Bon voyage à tous les participants », a twitté Mora.

Téhéran exige la levée de toutes les sanctions américaines avant toute décision concernant le nucléaire. Les négociateurs occidentaux estiment au contraire que les négociations sur le nucléaire et la levée des sanctions doivent aller de pair.

Les experts soulignent que plus longtemps l’Iran s’affranchit du cadre de l’accord, plus il acquiert des compétences et réduit le temps dont il aurait besoin pour fabriquer une bombe atomique, s’il prenait cette décision un jour, rendant de facto un accord sur le nucléaire inutile. Téhéran assure n’avoir jamais eu l’intention de se doter de l’arme nucléaire.

(Reportage John Irish, version française Tangi Salaün, Sophie Louet et Bertrand Boucey)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI0R0R8-FILEDIMAGE

Je fais un don
Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter