Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Le Togo souhaite rejoindre le Commonwealth pour tisser des liens plus étroits avec le monde anglophone

par Alice Lawson

LOMÉ (Reuters) – La décision du Togo de rejoindre le Commonwealth l’aidera à développer des liens plus étroits avec les pays anglophones, lui ouvrant de nouveaux horizons en dehors de la sphère d’influence de la France en Afrique de l’Ouest, a déclaré le ministre togolais des Affaires étrangères.

La demande d’adhésion du Togo francophone devrait être approuvée par les dirigeants du Commonwealth, communauté de 54 nations composée principalement d’anciennes colonies britanniques, réunis en sommet au Rwanda vendredi et samedi, tout comme celle du Gabon, également ancienne colonie française.

La motivation du Togo est de développer son réseau diplomatique, politique et économique, ainsi que de tisser des liens plus étroits avec le monde anglophone, a déclaré à Reuters le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey.

Il a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’adhésion au Commonwealth offre de nouveaux marchés d’exportation, des financements pour des projets de développement et des possibilités pour les citoyens togolais d’apprendre l’anglais et d’accéder à de nouvelles ressources éducatives et culturelles.

Le Togo est situé sur la côte ouest-africaine, avec une population d’environ huit millions d’habitants et une économie dépendant en grande partie de l’agriculture et de l’extraction de phosphate. 

Dirigé pendant 38 ans par Gnassingbé Eyadema puis maintenant par son fils, Faure Gnassingbé, le pays a longtemps entretenu des liens étroits avec Paris, mais cherche aujourd’hui à être moins dépendant de la France.

Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que les démarches du Togo et du Gabon pour rejoindre le Commonwealth étaient des décisions souveraines de ces pays et qu’il ne serait pas approprié de les commenter. 

(avec la participation d’Ayenat Mersie à Kigali et John Irish à Paris, rédigé par Estelle Shirbon; version française Valentine Baldassari, édité par Sophie Louet)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI5M0NN-BASEIMAGE

Faire un don

A travers le monde, vous êtes des millions à lire le Journal Chrétien, un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps. Chaque visiteur de notre site y trouvera quelque chose d’unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fausses informations, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.
C’est pourquoi il est si important que le Journal Chrétien demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût qui nécessite la mobilisation de la communauté chrétienne. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l’univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.

NB: Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Je fais un don

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter