Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Crise ukrainienne: Rencontre entre les chefs de la diplomatie US et russe

Télécharger l'application du Journal Chrétien

par Simon Lewis

GENEVE (Reuters) – Les ministres des Affaires étrangères américain et russe se rencontrent ce vendredi à Genève, en Suisse, pour discuter des tensions croissantes à propos de l’Ukraine, après une série de réunions entre les Occidentaux et Moscou la semaine dernière qui n’ont pas permis d’avancer vers une issue à la crise.

En amont de son arrivée à Genève pour y rencontrer son homologue Sergueï Lavrov, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a effectué plusieurs escales en Europe pour s’assurer de la volonté des alliés des Etats-Unis à frapper de sanctions la Russie si celle-ci décide d’envahir l’Ukraine.

La volonté de Washington d’afficher un front commun face à Moscou a toutefois été mise à mal par les propos ambigus du président américain Joe Biden, qui a prédit mercredi que la Russie allait lancer une offensive contre l’Ukraine et qu’elle en paierait les conséquences.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à la Maison blanche, il a suggéré que des divisions pourraient apparaître chez les Occidentaux sur la réponse à apporter en cas d' »incursion mineure » russe en Ukraine.

La Russie a déployé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, alimentant les craintes de l’Occident sur une nouvelle offensive après l’annexion de la péninsule de Crimée en 2014.

Moscou nie toute intention agressive mais a toutefois prévenu qu’il pourrait prendre des mesures militaires – sans préciser lesquelles – si l’Occident ne répondait pas favorablement à ses demandes sécuritaires, dont la garantie que l’Otan ne permettra jamais à l’Ukraine de la rejoindre.

Interrogé sur les commentaires de Joe Biden, le porte-parole du Kremlin a déclaré que la Russie recevait des avertissements similaires depuis au moins un mois.

« Cela ne contribue aucunement à apaiser les tensions qui sont apparues en Europe et peut, en outre, contribuer à la déstabilisation de la situation », a dit Dimitri Peskov.

En visite à Kiev mercredi, Antony Blinken s’est évertué à rassurer l’Ukraine du soutien des Etats-Unis, tout en indiquant que le président russe Vladimir Poutine pourrait lancer « à très courte échéance » une attaque contre l’Ukraine.

Le chef de la diplomatie américaine s’est par la suite entretenu, à Berlin, avec des représentants allemands, français et britanniques d’efforts pour désamorcer la crise ukrainienne.

UNE « CERTAINE IRRITATION »

Des discussions bilatérales entre représentants américains et russes, en début de semaine dernière à Genève, puis en format plus large avec les pays de l’Otan, n’ont pas permis d’apaiser les tensions.

Alors que Moscou voit comme une « ligne rouge » une possible adhésion de l’Ukraine à l’Alliance transatlantique, Washington et ses alliés rejettent fermement l’idée que la Russie puisse avoir son mot à dire sur la question et refusent de faire une telle promesse.

Plusieurs représentants américains ont dit s’attendre à peu de résultats concrets lors de la réunion de vendredi.

Dénonçant ce qu’il a qualifié de « désinformation » de la part de la Russie afin de déstabiliser l’Ukraine, Antony Blinken a déclaré jeudi que les efforts diplomatiques effectués cette semaine lui permettraient de présenter à son homologue la position commune des Occidentaux et d’exhorter Moscou à faire marche arrière.

« Cette unité nous donne de la force – une force, puis-je ajouter, que la Russie n’a pas et ne peut égaler », a dit le secrétaire d’Etat américain.

« Et c’est pour cela (…) que je serai en mesure de présenter une opinion commune, une préférence partagée, de la part des Etats-Unis, de nos alliés européens et de nos partenaires, pour trouver une marche à suivre diplomatique vers une désescalade de ce conflit ».

Parmi les alliés des Etats-Unis, toutefois, certains s’inquiètent depuis les commentaires de Joe Biden que Washington soit disposé à laisser à Moscou une certaine marge de manoeuvre afin d’éviter une invasion à grande échelle de l’Ukraine.

Réagissant semble-t-il aux propos de son homologue américain, le président ukrainien Volodimir Zelenski a déclaré jeudi via Twitter qu' »il n’y a pas d’incursions mineures et de petits pays. De même qu’il n’y a pas de bilans mineurs et de chagrin léger après la perte d’êtres chers ».

Une analyste ukrainienne du centre de réflexion Chatham House, à Londres, a déclaré que la réunion de Genève offrait une occasion aux Etats-Unis de clarifier les propos de Joe Biden, à condition qu’Antony Blinken soit autorisé à le faire.

Il y a, à Kiev, une « certaine irritation » que les Occidentaux n’ont pas transformé les paroles de soutien en actions plus concrètes, a dit par ailleurs Orissia Loutsevich.

(Reportage Simon Lewis, avec Alexander Ermochenko à Donetsk et Mark Trevelyan à Londres; version française Jean Terzian)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI0K06R-FILEDIMAGE

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de médias appartient à quelques milliardaires ou à des multinationales, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Evangile.
Notre journal est un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter