Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Heurts à N’Djaména et dans l’arrière-pays, au moins deux morts et plusieurs blessés

N’Djaména et quelques villes tchadiennes dont Moundou au sud du pays, se sont réveillées ce 27 avril 2021 avec plusieurs manifestations contre le modèle de transition en cours au Tchad dirigée par la junte militaire d’une part et contre la position de la France vis-à-vis du processus d’autre part. Entre 5 heures et 9 heures du matin, plusieurs blessés et au moins deux morts sont enregistrés.

7 heures du matin. Un groupe d’une centaine de personnes se rassemblent dans une ruelle de Moursal, un quartier populaire de N’Djaména. Une dizaine d’entre eux sont vêtus de robes blanches. Quelques autres arborent des gilets jaunes. Deux drapeaux français. Cinq drapeaux tchadiens. Une prière collective est prononcée. Le groupe brandit des pancartes et des messages inscrits sur des bouts de papier, en général contre une transition militaire et contre la France.

Chantant en chœur l’hymne national du Tchad, le groupe sort de la ruelle et marche vers l’Avenue Mobutu, l’une des principales artères de la capitale tchadienne. Il a suffi de quelques minutes pour que le groupe soit pris en étau par des éléments du Groupement mixte d’intervention de la police. Tirs de grenades lacrymogènes. Débandade. Deux manifestants sont embarqués par les forces de sécurité qui prennent aussi le soin de ramasser les pancartes et autres messages abandonnés par les manifestants.

Voilà le genre d’actions auxquelles N’Djaména la capitale du Tchad et d’autres villes du pays sont en proie depuis l’aube de ce 27 avril. Des tirs nourris d’armes sont entendus dans plusieurs quartiers de la capitale. Des barrages de feu, souvent en pneus enflammés, sont érigés par endroit. Des symboles de la France sont également pris pour cible. C’est le cas d’une station-service Total saccagée dans la Commune du 9ème arrondissement, frontalière avec le Cameroun. Selon des sources policières et judiciaires, une manifestante est décédée à l’hôpital des suites des blessures. Plusieurs sources concordantes confirment aussi le décès d’un jeune manifestant de 16 ans à Moundou.

Ces manifestations sont appelées par une partie de l’opposition démocratique et de la société civile. Elles sont interdites par l’Exécutif dirigé par le Conseil militaire de transition par un arrêté du 26 avril. Toujours est-il qu’elles surviennent un jour après la nomination d’un Premier ministre de transition. Pahimi Padacket Albert est un opposant modéré, anciennement membre de la majorité présidentielle et Premier ministre d’Idriss entre 2016 et 2018. Il est présenté comme un personnage plutôt clivant. Considéré comme consensuel par bien des acteurs politiques, y compris de l’opposition radicale au régime du défunt président, il apparaît aux yeux de plusieurs ténors de l’opposition et de la société civile comme un « cheval caché » de l’ancien système incarné par Idriss Déby.

En prenant les rênes du gouvernement de transition, Pahimi Padacket Albert a donné sa lecture de la situation. « Dans un pays qui est menacé dans son intégrité territoriale, attaqué de toutes parts et en proie au terrorisme, je mesure la responsabilité qui est mienne aujourd’hui en termes de fédération de toutes nos diversités politiques, sociales et autres, pour que l’ensemble des Tchadiens se donnent la main afin de pouvoir, ensemble, relever le défi de paix, de stabilité et d’unité pour notre peuple ».

Se prononçant sur les priorités de l’heure, le Premier ministre de transition estime que « les Tchadiennes et les Tchadiens doivent se regarder dans les yeux et se parler afin de réaliser un consensus, parce qu’il y a des moments dans la vie des nations où la grandeur de l’âme d’un peuple doit se révéler à l’occasion des événements. Et l’événement malheureux de la disparition du maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno, doit être pour le peuple tchadien une occasion de révéler la grandeur de son âme, réaliser son unité et faire face, avec honneur, aux défis qui se présentent à lui ».

Yamingué Bétinbaye
Docteur en géographie

Agir avec nous

Nous avons fait le pari d’un journalisme moderne, chrétien et de qualité. Nous avons choisi de mettre les intérêts des lecteurs et leurs préoccupations au cœur de notre stratégie rédactionnelle.

De ce fait, notre ligne éditoriale est ouverte, nous parlons de tous les sujets, sans parti pris. Nous analysons les faits, décryptons l’information et offrons à nos lecteurs les outils qui leur permettent de se forger leur propre opinion.


❤️Faites un don de 1 € pour le Journal Chrétien

Abonnez-vous à nos publications sur Instagram

Le Journal Chrétien publie quotidiennement des versets bibliques en images et des vidéos chrétiennes sur Instagram. Abonnez-vous à notre page ici.

Téléchargez nos applications chrétiennes

Grâce à vos dons, nous avons développé les applications du Journal Chrétien et de la plateforme d’étude biblique Bible.audio dont les frais d’hébergement et de fonctionnement  dépendent de votre générosité.

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de journaux, télévisions et radios appartiennent à quelques milliardaires ou à des multinationales très puissantes, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est aujourd’hui essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde.

Le Journal Chrétien est un média chrétien : 

– indépendant. Nous ne recevons aucune aide de l’Etat, nous n’appartenons pas un grand groupe ni à une église. De ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons est exempt d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.

– gratuit. le Journal Chrétien produit chaque jour des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux religieux, économiques, politiques, environnementaux et sociaux qui intéressent un large public. Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde. Nous considérons que s’informer est un droit essentiel, nécessaire à la compréhension du monde et de ses enjeux. Ce droit ne doit pas être conditionné par les ressources financières de chacun.

– sans publicité Nous estimons que la publicité a tendance à distraire le lecteur et à favoriser la surconsommation. Le journal n’affiche donc strictement aucune publicité. Cela garantit l’absence de lien financier avec des entreprises, et renforce d’autant plus l’indépendance de la rédaction.

– diffusant des dépêches d’agences de presse. Le Journal Chrétien est le premier média protestant francophone à proposer des dépêches d’agences de presse telles que Reuters et Xinhua.

au service des églises. Le Journal Chrétien diffuse des informations fiables sur les églises et les chrétiens engagés dans un ministère quelconque (pasteurs, artistes chrétiens, etc.)

– offrant des ressources bibliques sur www.bible.audio. Bible.audio propose une vingtaine de traductions de la Bible, des dictionnaires, encyclopédies, lexiques et commentaires bibliques.

Soutenez bible.audio

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter