Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Cameroun : mars 2022, un mois qui restera gravé dans l’histoire de deux familles de la région de l’Est qui ont perdu, en un coup plus de trois enfants

Quatre enfants meurent d’intoxications alimentaires à Bertoua. Puis cinq autres décèdent tous à Yokadouma.

Deux histoires tragiques, où l’on se croirait devant un de ces feuilletons de Nollywood Television, ont attristé les villes rurales de Batouri et Yokadouma, dans la région de l’Est.

Selon des sources fiables, cinq petits innocents, dont l’ainé âgé d’une dizaine d’années, de la famille de M. Alamba, planteur domicilié au village Djemba, ont payé de leurs vies pour un projet de mariage qui n’a pas marché entre leur sœur et son amoureux.

En effet, l’histoire raconte que l’auteur du crime ne serait personne d’autre que l’ex-beau-frère de la famille des victimes. Ce dernier, semblerait-il, s’est vu séparé d’une femme de cette famille qu’il comptait épouser, et qui par contre, a été donnée en mariage à quelqu’un d’autre.

Dans sa fureur de se voir ainsi roulé, après avoir beaucoup investi en sentiment et en finances, il va décider de faire payer à cette famille sa trahison. À en croire ces sources, il débarque dans la matinée du mercredi 23 mars 2022, avec des pains garnis du chocolat « empoisonnés ». Ses 5 innocents ex-beau-frères (2 filles et 3 garçons) vont en consommer sans se douter de rien. Ce qui va les conduire inéluctablement vers une mort atroce.

Quatre autres ont décédé à Batouri

Moins de deux semaines auparavant, selon des sources dignes de foi, quatre enfants (garçons, 11, 08, 06 et 03 ans) d’une même fratrie avaient, de même, trouvé la mort après avoir consommé un plat de couscous intoxiqué par un produit préparé pour dératiser leur concession familiale.

Les témoins attestent que juste après avoir pris cette nourriture, les quatre bambins ont commencé à se tordre de douleurs, suite à deux maux de ventres atroces. Ils seront, immédiatement, conduits à l’hôpital catholique de la ville où s’en suivront leurs décès.

Notons que, d’après les témoins,  seul l’aîné qui n’avait pas partagé ce repas avec ses frères, a eu la vie sauve.

Faire un don

A travers le monde, vous êtes des millions à lire le Journal Chrétien, un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps. Chaque visiteur de notre site y trouvera quelque chose d’unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fausses informations, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.
C’est pourquoi il est si important que le Journal Chrétien demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût qui nécessite la mobilisation de la communauté chrétienne. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l’univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.

NB: Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Je fais un don

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter