Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Dans l’Église protestante, les femmes votent depuis 120 ans

Je soutiens le Journal Chrétien

Alors que la Suisse fête les 50 ans du droit de vote des femmes, les réformés peuvent se targuer d’avoir accordé, dès 1891 à Genève, le droit de vote aux femmes. Retour sur le rôle précurseur de l’Église réformée en matière d’émancipation féminine avec la théologienne genevoise Lauriane Savoy.

Cinquante ans que les femmes votent en Suisse! L’anniversaire est joyeux, mais suscite toujours un peu de honte, tant les femmes semblent avoir dû attendre chez nous. Cela dit, un autre anniversaire est à célébrer, et qui fait un peu mieux dans le tableau. Car c’est il y a 120 ans qu’à Genève, on permet aux femmes, au sein de l’Église protestante, de participer au suffrage ecclésial. Certes, elles ne sont pas encore pasteures – les premières arriveront dès 1918 à Zurich– mais l’Église protestante est pionnière, et a un rôle, même discret, dans l’avancée des débats qui feront qu’en 1971, les femmes accèdent enfin au suffrage politique. Co-auteure de «Une Bible des femmes», la théologienne Lauriane Savoy est revenue sur ces épisodes romands où le religieux, une fois n’est pas coutume, a devancé le politique.

Qu’est-ce qui décide l’Église réformée, il y a plus d’un siècle, à donner le droit de vote aux femmes?

Ce sont les Églises libres de Genève et Vaud qui sont les premières à ouvrir le suffrage ecclésial aux femmes quelques années plus tôt et à parler de la possibilité de leur éligibilité au sein de l’Église. Cela crée alors une certaine pression, qui va s’exercer sur les Églises nationales, les Églises cantonales se décidant alors l’une après l’autre à faire de même. Après que de plusieurs pétitions lancées par des femmes protestantes aient réclamé le suffrage ecclésial féminin, c’est l’Église nationale protestante de Genève qui commence, en 1891. Vaud suivra en 1899, et en 1904, la Conférence des Églises réformées recommande définitivement aux Églises membres qui ne l’auraient pas encore fait d’ouvrir aux femmes le droit de se prononcer sur la vie de leur communauté religieuse par le vote. Tous ces faisceaux se rejoignent donc en faveur des femmes, et ce bien avant le vote politique.

Le mouvement du christianisme social, apparu après la Révolution industrielle, fait-il partie de ce qui a rendu ces changements possibles?

Absolument. Certaines personnalités ont aidé à mener le protestantisme à ces progrès. Un bon exemple est Charles Secrétan, libriste vaudois, qui était avocat et professeur de philosophie à l’Université. Il a publié en 1885 un livre intitulé «Le droit de la femme», dans lequel il prenait position en faveur du suffrage féminin. Il était un protestant respecté, un universitaire, proche du christianisme social. Ce livre, comme d’autres travaux d’intellectuels de l’époque, a préparé les mentalités de la bourgeoisie protestante urbaine.

Peut-on dès lors dire que les protestants préparent intellectuellement la société à l’accession des femmes au droit de vote, septante ans plus tard?

Tout à fait. Dès 1920, des femmes pasteures se mettent à intervenir dans des congrès suffragistes ou dans des conférences organisées pour promouvoir sur le terrain le suffrage politique des femmes. On souhaite alors montrer que les femmes sont tout à fait capables de prendre la parole en public et de prendre part à des débats de société. La première femme pasteure de Genève, Marcelle Bard, est d’ailleurs une suffragiste comme sa mère. Tout cela n’est pas marginalisé, car ces types d’apparitions publiques font l’objet de compte-rendu dans les journaux et sont souvent annoncées en grande pompe. La suffragiste protestante genevoise bien connue Émilie Gourd est en lien étroit avec l’Église protestante, elle promeut activement l’extension des droits des femmes dans l’Église dans le mensuel qu’elle dirige, Le Mouvement féministe. Elle renseigne aussi le Consistoire sur la situation des femmes pasteures dans d’autres Églises, au moment des débats sur le pastorat féminin. Beaucoup de suffragistes, notamment en Suisse romande, sont des femmes protestantes : les Genevoises Pauline Chaponnière-Chaix, Camille Vidart, les Vaudoises Lucy Dutoit et Elisa Serment.

Les Églises ont-elles alors influencé la politique, à l’époque, avec cette position?

On peut faire plusieurs hypothèses. Peut-être que les hommes ont été favorables au suffrage ecclésial féminin plus vite que pour le politique parce que les femmes s’intéressaient plus aux questions religieuses et étaient plus pratiquantes que les hommes. Ces derniers ont donc pu accepter que les femmes prennent part à la vie ecclésiale avec plus de facilité. Il est d’ailleurs intéressant de constater que cette accession à des droits au sein des Églises a quand même été saucissonnée… On leur a d’abord donné le droit de vote, puis le droit d’être élues dans des conseils de paroisses, puis dans les synodes… Cela est monté petit à petit alors qu’au niveau politique, elles ont essuyé les refus. La faute sans doute à une conception très masculine de la politique, les questions de foi étant plus facilement imputées aux femmes. La politique a gardé un certain prestige social que les hommes n’ont pas voulu lâcher aussi vite.

Les Églises ont-elles fait campagne pour le droit de vote politique des femmes?

Les Églises, y compris l’Église catholique, se sont prononcées en faveur du suffrage politique des femmes avant le Parti radical ou d’autres partis de droite. Mais ce sont plutôt des évêques ou des pasteurs qui prennent position personnellement. La votation de 1971 profite d’ailleurs de l’élan donné par le concile Vatican II, un moment d’ouverture de l’Église catholique, aux laïcs et aux femmes.

Peut-on dire finalement que le christianisme a donc plutôt encouragé l’émancipation des femmes dès le XXe siècle?

Ce n’est pas si simple. Par exemple, les femmes catholiques n’ont toujours pas accès ni à la prêtrise ni aux lieux de décision dans leur Église. Mais il y a eu des moments où le christianisme a pu accélérer cela, notamment quand il a voulu appuyer la formation des filles et leur éducation. On le voit aussi avec les mouvements de théologie de la libération ou de théologie féministe. Il y a donc eu de grandes poussées au sein du christianisme pour l’émancipation des individus opprimés, que ce soit les minorités ethniques ou les femmes.

Même si elle a été précurseur, l’Église protestante a-t-elle toutefois encore des efforts à faire, selon vous?

Oui, en promouvant une égalité plus grande dans les relations de travail, par exemple en promouvant un congé paternité plus étendu et plus égalitaire entre les hommes et les femmes. En effet, il est plus difficile d’être une jeune femme pasteure qu’un jeune homme pasteur, car on va plus s’inquiéter, quand une femme pasteure arrive dans une nouvelle communauté, de savoir si elle compte avoir des enfants bientôt et s’il faudra la remplacer durant son congé maternité. On trouve encore des équipes ministérielles, dans certaines régions, où il n’y a que des hommes pasteurs, et les femmes ne devraient pas toujours être cantonnées au secteur de l’enfance et à l’accompagnement. À l’Église, donc, d’être proactive et de continuer à montrer l’exemple, comme elle a pu le faire il y a plus d’une centaine d’années. Il faut avoir une politique encore un peu plus volontariste afin de promouvoir la mixité à tous les échelons.

Je soutiens le Journal Chrétien

Le Journal Chrétien propose la totalité de son contenu gratuitement, mais l’information de qualité a un coût non négligeable. Votre soutien est précieux pour nous aider à préserver notre exigence journalistique et l’indépendance de notre rédaction.


Le Journal Chrétien est un média indépendant, financé par les dons de ses lecteurs. Si vous souhaitez nous aider et participer à notre développement, vous pouvez le faire en faisant un don défiscalisé.

Quatre bonnes raisons de soutenir le Journal Chrétien

Il existe quatre bonnes raisons de sauter le pas :

Raison 1 : un maillon indispensable dans le paysage médiatique

Le Journal Chrétien est un média d’espérance qui passe l’information au tamis de l’Évangile. Il parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps. Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Raison 2 : un financement indépendant

Le Journal Chrétien est un exemple rare dans le paysage médiatique francophone : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre et sans publicité. Il ne perçoit ni subvention publique, ni soutien privé d’une multinationale ou d’une église, ce qui lui permet de fournir une information libre de tout conflit d’intérêt.

Les ressources du Journal Chrétien sont entièrement privées et reposent exclusivement sur la générosité des chrétiens qui comprennent que le développement d’un tel média est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile.

Raison 3 : une activité pluridisciplinaire

La Journal Chrétien finance des projets dans plusieurs domaines susceptibles d’intéresser les chrétiens. Voici quelques-uns des projets développés par l’équipe du Journal Chrétien :

– Un réseau social chrétien. Chretiens.net est le premier réseau social des chrétiens évangéliques. Son principe est identique à celui de Facebook. L’utilisateur dispose d’un compte, ajoute d’autres personnes comme amis, peut poster des textes, des photos et des vidéos, navigue sur un fil d’actualité pour voir les nouvelles de ses amis, peut créer des pages et des groupes ou encore dialoguer en direct.

– Une plateforme d’étude bibliqueBible audio est un site de ressources bibliques destiné aux pays en développement, où les chrétiens pauvres ont difficilement accès à la Bible. Il y a une vingtaine de traductions bibliques en plusieurs langues, trois commentaires verset par verset de la Bible, quatre dictionnaires bibliques, deux lexiques grec-français et hébreu-français, une concordance biblique, un atlas biblique interactif, un comparateur des versions de la Bible. Il est édité par le Journal Chrétien, service de presse en ligne ayant pour but de porter un regard chrétien sur la société où nous vivons.

– Un projet de chaîne chrétienneChrétiens TV est une chaîne de télévision chrétienne évangélique en cours de développement et qui s’adresse non seulement aux chrétiens et aux responsables d’églises, mais à toute personne qui cherche un sens à sa vie. La chaîne étant à ses débuts, sa diffusion se fait uniquement par Internet (Youtube, Facebook, Twitter, Instagram, etc.  Son slogan : « Le média du Corps de Christ. »

– Deux applications chrétiennes. Nous avons développé deux applications chrétiennes qui sont d’une grande bénédiction pour de nombreux chrétiens.

Bible.audio est une application proposant des bibles audio (français+ anglais), un atlas biblique interactif, la bible interlinéaire, une concordance de la Bible, un comparateur de traductions de la Bible, des commentaires de la Bible verset par verset, des lexiques grec/ français et hébreu/ français avec audio, des dictionnaires bibliques, etc. Téléchargez l’application Bible.audio sur App Store (iPhones, iPad) et Google Play. (appareils Android).

Le Journal Chrétien est une application chrétienne qui développe un regard chrétien sur l’actualité et sur la société où nous vivons. Elle œuvre pour éclairer les consciences en vue d’une société juste et fraternelle. Téléchargez l’application du Journal Chrétien sur App Store (iPhones, iPad) et Google Play (appareils Android).

Raison 4 : un engagement intelligent

Le Journal Chrétien est un média reconnu par la Commission paritaire des publications et agences de presse du Ministère de la Culture et permet la défiscalisation.

Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. 

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Toute l’équipe du Journal Chrétien vous remercie pour votre soutien et votre confiance.

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Les commentaires sont fermés.

Recevez un message biblique par jour