Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Renault, Nissan et Mitsubishi vont dévoiler un nouveau plan électrique

Télécharger l'application du Journal Chrétien

par Norihiko Shirouzu

(Reuters) -Renault SA, Nissan Motor Co et Mitsubishi Motors Corp prévoient de tripler leurs investissements pour développer conjointement des véhicules électriques (VE), ont déclaré à Reuters deux personnes au fait du projet.

Alors que les constructeurs automobiles historiques font face à la pression de nouveaux concurrents et à une évolution attendue de la demande vers les véhicules électriques, l’alliance franco-japonaise cherche à approfondir sa coopération.

Les trois acteurs devraient annoncer jeudi un plan d’investissement de plus de 20 milliards d’euros (23 milliards de dollars) dans le développement de véhicules électriques au cours des cinq prochaines années, ont indiqué les sources.

D’ici 2030, l’alliance devrait proposer plus de 30 nouveaux véhicules électriques à batterie reposant sur cinq plates-formes communes.

Cette ambition s’ajoute aux 10 milliards d’euros que les partenaires a déjà dépensés en matière d’électrification de leur offre, ont précisé les deux sources au fait du plan.

Les porte-parole de Renault et Mitsubishi n’ont pas répondu dans l’immédiat à des demandes de commentaires.

Un porte-parole de Nissan a refusé, a-t-il dit, de « commenter des spéculations ».

Le plan « Alliance to 2030 » vise à mettre en oeuvre « une coopération intensifiée » entre les constructeurs automobiles avec une « vision partagée sur l’électrification et la mobilité connectée », a déclaré une source.

Les cinq plates-formes communes devraient couvrir 90% des véhicules électriques que les entreprises prévoient de développer et lancer d’ici 2030.

L’alliance des trois entreprises a déjà développé et partiellement déployé quatre plates-formes communes de véhicules électriques.

L’une sert de base aux modèles tels que le prochain Ariya de Nissan et le Mégane EV de Renault, une autre produisant les modèles plus basiques et moins chers de Nissan et de son partenaire du marché chinois Dongfeng, ainsi que la marque Dacia de Renault.

Les deux autres plates-formes construisent des modèles compacts, appelées « kei cars » au Japon, et des véhicules utilitaires légers.

UNE CINQUIÈME PLATE-FORME COMMUNE PRÉVUE D’ICI 2025

D’ici le milieu de la décennie, l’alliance vise à déployer une cinquième plate-forme commune pour les véhicules électriques compacts conçus par Renault, ont indiqué les sources.

Nissan a déjà décidé d’utiliser cette plate-forme, appelée CMFB-EV, ainsi que d’autres composants standardisés, pour électrifier la voiture compacte Nissan Micra, tandis que Renault devrait proposer une voiture électrique similaire basée sur la même plate-forme, ont indiqué les sources.

Les constructeurs automobiles espèrent rendre les véhicules électriques compacts aussi abordables que les véhicules à essence de taille similaire, ont indiqué les sources.

Ils devraient utiliser des batteries et d’autres composants clés en commun. L’alliance prévoit d’investir conjointement pour produire en France, en Grande-Bretagne, en Chine et au Japon un total de 220 gigawattheures de capacité de batterie d’ici 2030 dans le cadre du plan, ont indiqué les sources.

En standardisant et en partageant les batteries, l’alliance espère réduire de moitié les coûts de fabrication des ces pièces.

Les partenaires devraient également partager la technologie des batteries lithium-ion à l’état solide que Nissan a développée, ont précisé les sources.

Les dirigeants de Renault, Nissan et Mitsubishi envisageaient d’annoncer le plan 2030 à l’automne dernier lors d’un événement au Japon, mais sa présentation a été reportée à cette semaine en raison d’une résurgence du COVID-19 dans le pays, ont indiqué les sources.

(Version française Benjamin Mallet et Claude Chendjou)

tagreuters.com2022binary_LYNXMPEI0M07H-FILEDIMAGE

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de médias appartient à quelques milliardaires ou à des multinationales, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Evangile.
Notre journal est un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter