Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

L’Europe finit dans le vert, apaisement des craintes sur Omicron

Télécharger l'application du Journal Chrétien

Les Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi, tandis que Wall Street évoluait également dans le vert à la mi-séance, soutenues par des indicateurs économiques globalement conformes aux attentes qui prennent le pas sur les craintes liées au variant Omicron du coronavirus.

À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain de 0,77% à 7.106,15 points. Le Footsie britannique a avancé de 0,55% et le Dax allemand de 1,04%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 1,17%, le FTSEurofirst 300 0,99% et le Stoxx 600 1%.

En Europe, la tendance positive a été essentiellement alimentée par les valeurs du transport et des loisirs, dont l’indice sectoriel a gagné 1,72%.

L’appétit pour le risque sur les marchés d’actions est lié à de nouvelles données en provenance d’Afrique du Sud qui suggèrent que le variant Omicron du coronavirus est 70% à 80% moins dangereux que le Delta.

Les différents laboratoires commercialisant des vaccins contre le COVID-19 ont par ailleurs diffusé des données préliminaires sur leurs produits qui donnent à penser que le schéma vaccinal à trois injections permettrait d’augmenter significativement la réponse immunitaire face à Omicron.

« La vague Omicron ne fera pas dérailler la reprise économique qui est bien amorcée, elle pourrait la retarder, mais 2022 bénéficiera d’un environnement économique attrayant et sain », prédit Philip Petursson, stratège en investissements chez IG Wealth Management.

Côté indicateurs économiques, aux Etats-Unis, le département du Commerce a annoncé que les dépenses de consommation des ménages avaient progressé à un rythme conforme aux attentes en novembre après un bond en octobre. Elles sont ressorties en hausse de 0,6% après une croissance de 1,4%.

L’indice des prix « core PCE », mesure de l’inflation privilégiée par la Réserve fédérale américaine, a, pour sa part, augmenté de 4,7% contre un consensus de 4,5%.

Les inscriptions au chômage aux Etats-Unis sont quant à elles restées stables la semaine dernière, à 205.000, un chiffre inférieur au niveau d’avant la pandémie, a annoncé le département du Travail.

Le moral des ménages américains s’est en outre nettement amélioré depuis le début du mois de décembre par rapport au mois précédent avec un indice à 70,6 après 67,4, montrent jeudi les résultats définitifs de l’enquête mensuelle de l’Université du Michigan.

VALEURS EN EUROPE

Aux valeurs, à Paris, Carmat a gagné 0,45%, la société ayant annoncé avoir terminé son enquête sur les problèmes de qualité identifiés sur certaines de ses prothèses de coeur artificiel.

A Francfort, Continental a pris 2,47%, le président du directoire du groupe, Nikolai Setzer, ayant indiqué que l’équipementier automobile pourrait atteindre le haut de la fourchette de ses prévisions de marge annuelle.

Lufthansa (+0,98%) de son côté a effacé une partie de ses gains initiaux de la matinée après une information de presse selon laquelle la compagnie aérienne pourrait annuler 33.000 vols cet hiver à cause d’Omicron.

A Amsterdam, Philips s’est adjugé 2,42% après avoir annoncé de premiers résultats positifs sur une grande partie des ventilateurs rappelés cette année pour un risque de dégradation et de toxicité d’un composant en mousse.

Dans les fusions-acquisitions, le spécialiste britannique des paris Flutter, propriétaire de Betfair et Poker Stars, a avancé de 2,07% à la faveur de l’annonce du rachat de l’opérateur de jeux italien Sisal pour 1,62 milliard de livres (1,9 milliard d’euros), tandis que le suisse Holcim a pris 2,1% après l’annonce de l’acquisition de Malarkey Roofing Products pour 1,35 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros).

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones avance de 0,57%, le Standard & Poor’s 500 de 0,71% et le Nasdaq de 0,81%.

Dix des onze secteurs du S&P-500 évoluent dans le vert, la tendance positive étant soutenue essentiellement par l’industrie (1,24%), l’énergie (+0,63%) et la finance (+0,74%) à la faveur d’indicateurs économiques qui remontent le moral des investisseurs avant Noël et à l’orée d’une nouvelle année.

« 2022 sera en fait une meilleure année que ce que les gens prévoient actuellement », prédit Sam Stovall, stratège en investissements chez CFRA Research.

« Nous avons une réouverture de l’économie, une baisse des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement et nous apprenons simplement à vivre avec les nouveaux variants du COVID », ajoute-t-il.

Sur les marchés d’actions, les valeurs du tourisme sont recherchées: les opérateurs de casinos Melco Resorts & Entertainment, Wynn Resorts et MGM Resorts avancent de 1% à 7,6%, tandis que les compagnies aériennes Southwest Airlines et Delta Air Lines prennent respectivement 1,2% et 0,6%.

Côté baisse, le spécialiste chinois du commerce électronique JD.COM chute de 6,8% après l’annonce de Tencent de réduire significativement sa participation dans son capital, faisant de Walmart (-0,5%) désormais le principal actionnaire du groupe chinois.

CHANGES

Aux changes, l’indice dollar, qui mesure les variations du billet vert contre d’autres devises de référence, est quasiment stable, l’aversion au risque refluant.

L’euro reste au-dessus de 1,13 dollar malgré une légère baisse de 0,10%.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans avance de 3,1 points de base, à 1,4892%, les investisseurs délaissant les emprunts d’Etat pour privilégier les actions.

La tendance est la même en Europe où le rendement du Bund allemand à dix ans a fini en hausse de plus de quatre points de base à -0,252%, tandis que son équivalent français de même échéance a gagné 4,3 points à 0,1190%.

PÉTROLE

Le pétrole poursuit sa progression, soutenu par un dollar plus faible sur fond d’optimisme concernant la croissance économique mondiale.

Le baril de Brent se traite à 75,83 dollars (+0,70%) et celui de brut léger américain à 73,15 dollars (+0,55%).

(Reportage Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot)

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Une majorité de médias appartient à quelques milliardaires ou à des multinationales, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’un média comme le Journal Chrétien est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Evangile.
Notre journal est un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter