Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

QUAND LA RELIGION SE FAIT TENDANCE (2/3)

Je fais un don

Dieu serait-il de tous les défilés ? En tout cas, du christianisme à l’islam, codes et décorum religieux se faufilent jusqu’à la haute couture… Mais de la robe de bure au hijab, les références à la religion ne sont-elles que de la pure provoc pour ces génies du style, ou les grands couturiers désirent-ils simplement broder sur la réalité du monde spirituel?
«Les religions en haute couture? On n’en est parti sorti!» s’amuse le journaliste de mode documentariste parisien Loïc Prigent. Ex-chouchou de Karl Lagerfeld – qui lui a accordé nombre d’entretiens filmés que prisent tous les «modeux» qui se respectent – il en aurait d’ailleurs presque marre, de ces références au sacré dans la mode. «Il y a tellement de choses à piocher partout, d’influences à s’approprier», s’insurge-t-il doucement avant d’assurer que la tentation religieuse a de tout temps traversé la haute couture. «Les grands directeurs artistiques de maisons de couture ont toujours flirté avec l’irrationnel et le surnaturel, avec l’idée de transcender le vêtement.» Et d’ajouter que «ces génies», au moment d’être touchés par l’inspiration, «se disent bien souvent connectés à quelque chose qui les dépasse, et qui leur dictent des images».

«En janvier dernier, la collection Fendi, imaginée par Kim Jones, utilisait encore le décorum catholique romain, avec des reproductions de dentelles très clairement inspirées des robes de clergé du Vatican, en jaccard», se souvient-il. «Le plus intéressant, c’était les chaussures. Vingt centimètres de talons au moins!», comme pour rapprocher du ciel des mannequins à qui Kim Jones aurait demandé de se sentir tels des «créatures célestes». Rien que ça.

Cela ferait donc bien longtemps que les habits liturgiques entêtent les designers de mode. Pour Dominique Vidoz, qui enseigne le stylisme et le modélisme à l’École Dubois de Lausanne, Coco Chanel, qui lance sa petite robe noire en 1926, était elle aussi un peu habitée: «Orpheline à 12 ans, Gabrielle Chanel a grandi dans un couvent et a appris à coudre avec les sœurs, dont les robes noires lui auraient inspiré son célèbre vêtement». «Coco» serait même allée jusqu’à piquer aux vitraux de l’Abbaye d’Aubazine, en Corrèze, les «C» entrelacés qui feront son célèbre logo.

Lagerfeld se prend une veste

La référence religieuse peut toutefois conduire à l’irrévérence. Ayant repris la direction artistique de la maison Chanel depuis 1983, Karl Lagerfeld, en 1994, est celui par qui le scandale arrive. En faisant défiler Claudia Schiffer dans une robe dont le bustier est brodé de versets du Coran, le couturier allemand choque une partie de l’opinion publique. «L’affaire va tellement loin que Lagerfeld retire ce modèle de sa collection, allant jusqu’à le détruire», se souvient Dominique Vidoz, ajoutant que «pour les autorités musulmanes de France, cela ne passe pas». Un jeu pour le moins dangereux avec les codes que Luka Maurer, créateur de la marque Garnison à Porrentruy, observe avec précaution: «Il résulte souvent de ce genre de références religieuses trop littérales une provoc finalement assez pauvre.»

Pour le créateur jurassien, passé par la Haute École d’art et de design de Genève, «la radicalité est moins intéressante que la nuance». Pour l’artiste, le religieux doit s’insinuer plus subtilement dans le vêtement, comme en sous-texte. En témoigne sa dernière collection, marquée par l’œuvre du peintre Gaspard David Friedrich. Dans les œuvres de ce romantique allemand, le ciel et la terre se confondent. Une nature unique et totale dans laquelle Luka Maurer perçoit son propre rapport à Dieu.

Mais le seul habit ne fait pas le religieux, dans la haute couture. Pour Luka Maurer, «les défilés ont quelque chose de sacral, le catwalk pouvant rappeler la file de fidèles attendant de recevoir l’hostie». Chez Balenciaga, d’ailleurs, «tous les défilés ont lieu le dimanche matin», décrit Loïc Prigent. Un hommage au fondateur de la prestigieuse maison, le couturier Cristobal Balenciaga, disparu en 1972, et «qui était connu pour aller tous les jours à la messe».

Les hijabs font recette

Le journaliste parisien met toutefois en garde sur l’abondance de références chrétiennes, dans un marché qui a considérablement changé ces dernières années: «La clientèle issue du Moyen-Orient est désormais non-négligeable, et n’a pas forcément envie d’arborer sur ses vêtements cet univers-là», renseigne Loïc Prigent. À l’inverse, beaucoup de créateurs se sont désormais saisis du vestiaire islamique. Mais quand Dolce & Gabbana lance une collection de hijabs et de abayas (robe islamique portée au-dessus des vêtements, ndlr) en 2016, la griffe italienne provoque elle aussi l’ire de l’opinion publique. La philosophe et féministe française Elisabeth Badinter allant jusqu’à en proposer le boycott, alarmée par le risque communautariste vers lequel le voile, selon elle, pourrait mener la France.

Selon Yannick Aellen, fondateur du réseau zurichois Mode Suisse, qui a notamment travaillé avec Lady Gaga sur le lancement de son parfum en 2012, «il y a évidemment, pour ces grandes maisons de couture, un certain opportunisme commercial à produire des burqas ou des voiles, mais cela est compréhensible et légitime». Et d’ajouter que, «au-delà de de la dimension religieuse, la présence indiscutable dans l’espace public de ces tenues portées par des femmes musulmanes peut donner envie d’en revisiter la forme et les drapés».

Du côté de l’École Dubois, où Dominique Vidoz forme peut-être les grands couturiers de demain, «l’affirmation de l’appartenance religieuse est de plus en plus une réalité au sein des volées d’étudiants». Confiant voir cette tendance s’affirmer chez ses élèves, l’enseignante déclare y voir «une saine revendication identitaire: l’envie artistique qui semble mouvoir ces jeunes est celle de jouer carte sur tables, de ne pas se cacher et, à terme, de pouvoir mettre toutes les religions sur le même plan».

Soutenez le Journal Chrétien

Je fais un don

Le Journal Chrétien est un média indépendant, financé par les dons de ses lecteurs. Si vous souhaitez nous aider et participer à notre développement, vous pouvez le faire en faisant un don défiscalisé.

Quatre bonnes raisons de soutenir le Journal Chrétien

Il existe quatre bonnes raisons de sauter le pas :

Raison 1 : un maillon indispensable dans le paysage médiatique

Le Journal Chrétien est un média d’espérance qui passe l’information au tamis de l’Évangile. Il parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps. Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news (infox, fausses nouvelles, fausses informations, informations fallacieuses), le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Raison 2 : un financement indépendant

Le Journal Chrétien est un exemple rare dans le paysage médiatique francophone : totalement indépendant, à but non lucratif, en accès libre et sans publicité. Il ne perçoit ni subvention publique, ni soutien privé d’une multinationale ou d’une église, ce qui lui permet de fournir une information libre de tout conflit d’intérêt.

Les ressources du Journal Chrétien sont entièrement privées et reposent exclusivement sur la générosité des chrétiens qui comprennent que le développement d’un tel média est essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde et faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile.

Raison 3 : une activité pluridisciplinaire

La Journal Chrétien finance des projets dans plusieurs domaines susceptibles d’intéresser les chrétiens. Voici quelques-uns des projets développés par l’équipe du Journal Chrétien :

– Un réseau social chrétien. Chretiens.net est le premier réseau social des chrétiens évangéliques. Son principe est identique à celui de Facebook. L’utilisateur dispose d’un compte, ajoute d’autres personnes comme amis, peut poster des textes, des photos et des vidéos, navigue sur un fil d’actualité pour voir les nouvelles de ses amis, peut créer des pages et des groupes ou encore dialoguer en direct.

– Une plateforme d’étude bibliqueBible audio est un site de ressources bibliques destiné aux pays en développement, où les chrétiens pauvres ont difficilement accès à la Bible. Il y a une vingtaine de traductions bibliques en plusieurs langues, trois commentaires verset par verset de la Bible, quatre dictionnaires bibliques, deux lexiques grec-français et hébreu-français, une concordance biblique, un atlas biblique interactif, un comparateur des versions de la Bible. Il est édité par le Journal Chrétien, service de presse en ligne ayant pour but de porter un regard chrétien sur la société où nous vivons.

– Un projet de chaîne chrétienneChrétiens TV est une chaîne de télévision chrétienne évangélique en cours de développement et qui s’adresse non seulement aux chrétiens et aux responsables d’églises, mais à toute personne qui cherche un sens à sa vie. La chaîne étant à ses débuts, sa diffusion se fait uniquement par Internet (Youtube, Facebook, Twitter, Instagram, etc.  Son slogan : « Le média du Corps de Christ. »

– Deux applications chrétiennes. Nous avons développé deux applications chrétiennes qui sont d’une grande bénédiction pour de nombreux chrétiens.

Bible.audio est une application proposant des bibles audio (français+ anglais), un atlas biblique interactif, la bible interlinéaire, une concordance de la Bible, un comparateur de traductions de la Bible, des commentaires de la Bible verset par verset, des lexiques grec/ français et hébreu/ français avec audio, des dictionnaires bibliques, etc. Téléchargez l’application Bible.audio sur App Store (iPhones, iPad) et Google Play. (appareils Android).

Le Journal Chrétien est une application chrétienne qui développe un regard chrétien sur l’actualité et sur la société où nous vivons. Elle œuvre pour éclairer les consciences en vue d’une société juste et fraternelle. Téléchargez l’application du Journal Chrétien sur App Store (iPhones, iPad) et Google Play (appareils Android).

Raison 4 : un engagement intelligent

Le Journal Chrétien est un média reconnu par la Commission paritaire des publications et agences de presse du Ministère de la Culture et permet la défiscalisation.

Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. 

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Toute l’équipe du Journal Chrétien vous remercie pour votre soutien et votre confiance.

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Recevez un message biblique par jour