Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Plus de la moitié des chrétiens détenus arbitrairement le sont en Inde, en Chine et au Pakistan

Télécharger l'application du Journal Chrétien

Le droit de changer de religion, élément essentiel de la liberté de religion, est source de tensions grandissantes en Inde. Les militants hindouistes radicaux diffusent une propagande basée sur un mensonge: les hindous subiraient de plus en plus des conver- sions forcées ou découlant de manipulations pour rejoindre des religions minoritaires, et l’identité hindoue de l’Inde en serait menacée.

En réponse à ce mythe répandu, 10 États ont déjà adopté des lois anticonversion : Odisha (1967), Madhya Pradesh (1968), Arunachal Pradesh (1978), Chhattisgarh (2000), Gujarat (2003), Himachal Pradesh (2006), Jharkhand (2017), Uttarakhand (2018), Uttar Pradesh (2020) et Karnataka (2021). Ces lois restreignent fortement la liberté religieuse et sont souvent utilisées pour discriminer les minorités reli- gieuses. Les chrétiens sont souvent faussement accusés, à tort, de procéder à des conver- sions forcées auprès des hindous les plus vulnérables. Ces accusations servent de prétextes aux hindouistes extrémistes pour attaquer les responsables d’églises et interrompre les cérémonies religieuses. Ensuite, des dizaines de militants traînent généralement les chrétiens, avec beaucoup de violence, aux commissariats de police locaux où ils sont détenus temporairement sous accusations de « conversions forcées ».
En Chine, l’arrestation des responsables d’églises fait partie intégrante de la stratégie des autorités pour mettre l’Église sous le boisseau et la contrôler. Le responsable convoqué au poste de police ne sait pas si l’attendent quelques heures d’interrogatoire ou des années de prison. Le cas le plus courant est la « détention administrative », n’excédant pas 15 jours. La condamnation à de lourdes amendes et à des peines de prison allant jusqu’à 6 ans de quatre chrétiens de Shenzhen, arrêtés pour avoir produit et vendu des bibles audio, reste néanmoins un signal fort de la sévérité du Parti à l’égard des chrétiens.
Au Pakistan, les chrétiens se retrouvent facilement détenus sous de fausses accusations, pour être finalement acquittés. Un grand nombre de ces situations sont liées aux lois sur le blasphème. On soulignera néanmoins les cas de Zafar Bhatti et de Sajjad Masih Gill, condamnés à perpétuité pour des supposés textos blasphématoires (une pétition circule d’ailleurs pour demander la peine de mort pour le dernier).
Source: Portes Ouvertes

Je fais un don

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter