Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Guerre en Ukraine: Le patriarche Kirill de Moscou appelé à intervenir auprès du Kremlin

Le Conseil œcuménique des Églises a interpellé le patriarche Kirill de Moscou pour qu’il intervienne auprès du Kremlin en vue de mettre un terme à la guerre engagée contre l’Ukraine. De nombreux croyants en appellent à plus de fermeté.
La lettre est partie le 2 mars en direction de Moscou. Le secrétaire général ad interim du Conseil œcuménique des Églises (COE), dont le siège est à Genève, y interpelle le patriarche Kirill, chef de l’Église orthodoxe russe, membre de la communauté d’Églises. Sans détours, il l’exhorte à intervenir auprès de Vladimir Poutine pour trouver au plus vite une voie de pacification et que cesse le conflit armé en Ukraine. Fidèle soutien du Kremlin, le patriarche moscovite semble en effet être l’un des derniers à pouvoir jouer de son influence auprès du président russe. Si certains se réjouissent de ce courrier, de nombreux fidèles du monde entier en appellent à plus de fermeté. Peter Prove, directeur des Affaires internationales au COE, s’en explique.

Le patriarche Kirill avec Vladimir Poutine. Crédit photo: id1974/123Rf

Cette lettre au patriarche Kirill de Moscou, était-ce une initiative personnelle de votre secrétaire général, le père Ioan Sauca, ou celle du COE?

Les deux, en fait. Il le précise dans son courrier, il écrit à la fois en sa position de secrétaire général ad interim du COE, mais également en sa qualité de prêtre orthodoxe. Et je crois que cette identité est très importante dans ce contexte particulier, où des croyants de l’Église orthodoxe se retrouvent des deux côtés du conflit.

Avez-vous obtenu une réponse à cette missive?

Nous n’avons pas encore reçu de réponse à l’heure qu’il est. Mais évidemment nous continuons d’espérer et de prier pour obtenir une réponse – plus précisément une intervention du patriarche Kirill auprès du pouvoir politique russe – et plus que tout, la fin de cette horrible et tragique guerre menée contre la population ukrainienne.

Comment comprenez-vous la position actuelle du patriarche Kirill?

Je ne peux pas parler pour lui, mais je peux imaginer qu’il est sous une pression extrême. Il reçoit des appels à intervenir au sein de sa propre circonscription ainsi que des dirigeants de la plupart des Églises du patriarcat russe en Ukraine, mais aussi de prêtres et de croyants du monde entier. En même temps, il doit aussi être sous une pression politique incroyable. Cependant, d’un point de vue extérieur, nous espérons qu’il usera de l’influence qu’il a sur le Kremlin pour protéger la population ukrainienne, en tenant compte du fait que les orthodoxes et croyants ukrainiens sont également affectés par ce conflit.

Il existe une rivalité entre les deux Églises orthodoxes sur sol ukrainien, celle relevant du patriarcat de Moscou et la nouvelle Église orthodoxe autocéphale ukrainienne, créée en 2019. Comment le COE manage-t-il ces deux entités?

Nous n’avons pas reçu de demande d’affiliation de la part de l’Église autocéphale d’Ukraine. Donc nous n’en sommes pas encore là. Mais nous sommes évidemment bien conscients du grave conflit sur le sol ukrainien entre ces deux branches importantes de l’orthodoxie mondiale (le patriarcat de Moscou et celui de Constantinople qui a reconnu la nouvelle Église indépendante, ndlr.). Nous prions beaucoup pour que cette situation conflictuelle puisse être réglée, non seulement dans une perspective intrareligieuse, mais également en raison du poids politique que cette crise fait peser sur les relations entre l’Ukraine et la Russie.

En tant que COE, nous nous tenons toujours prêts à soutenir et encourager le dialogue entre les Églises qui sont engagées dans un processus de pacification, mais ce conflit doit automatiquement être résolu par elles.

Cette division du monde orthodoxe se fait-elle également ressentir au sein de votre institution?

Nous recevons tous les jours et à chaque heure des interpellations aussi bien privées que publiques de personnes qui témoignent d’une profonde préoccupation face à la situation en Ukraine, qui affecte autant les individus que les Églises. Ces appels proviennent du monde entier. Or je crois que là où le COE peut se révéler le plus utile au sein de ce conflit, c’est précisément d’être ce pont entre les Églises qui se retrouvent des deux côtés de ce terrible conflit, et de garder les canaux de communication ouverts. Actuellement, il y a une grande pression pour isoler la Russie, position qui est bien entendu compréhensible, mais nous sommes convaincus que le pire serait d’en arriver à une rupture totale, qui nous engagerait sur le long terme dans une nouvelle guerre froide. Nous devons absolument l’éviter.

Comment définiriez-vous votre relation actuelle avec le patriarche Kirill?

Nous sommes en contact étroit avec l’Église orthodoxe russe et ses dirigeants, et nous continuons d’échanger sur le rôle que le mouvement œcuménique et le COE pourrait jouer dans la crise actuelle. Donc le dialogue ouvert et les canaux de communication bien vivants.

N’êtes-vous donc pas surpris de ne pas avoir reçu de réponse à votre courrier, ou est-ce que cette absence de réponse signifie déjà quelque chose pour vous?

Encore une fois, je ne peux pas répondre: il est impossible pour nous de spéculer sur les raisons qui font que nous n’avons pas obtenu de réponse pour l’instant, mais nous continuons d’en espérer une et à la demander à travers tous les canaux de communication que nous avons ouverts.

Que prévoyez-vous de faire encore si vous n’obtenez pas de réponse ?

Le cas échéant, ce sera au secrétaire général de décider de la manière de procéder, mais nous continuerons d’être en relation avec les représentants du patriarcat de Moscou. Je pense que la prochaine étape dépendra de comment la communication privée se maintiendra. Comme vous pouvez l’imaginer, en dehors de cette lettre, des discussions privées sont également menées.

Vous avez reçu de nombreux courriers vous demandant de rompre, du moins momentanément, votre lien avec l’Église orthodoxe russe et de condamner publiquement sa position. Pour vous, ce n’est donc pas une option?

Encore une fois, la décision appartient au secrétaire général du COE, mais je crois que quelles que soient les circonstances, le rôle du COE est toujours d’être dans le dialogue et non la rupture. Cela m’apparaît encore plus important dans un contexte aussi dangereux que celui que nous connaissons aujourd’hui. Nous sommes convaincus que le mouvement œcuménique peut jouer un rôle dans le maintien des relations, au moins entre les Églises concernées par ce conflit.

Coup de pression de l’Université

Du côté de l’Université de Fribourg, l’espoir d’en appeler au patriarche Kirill pour qu’il intervienne auprès du Kremlin a également jailli. Et pour cause: le directeur du Département des relations extérieures ecclésiastiques du patriarcat de Moscou et bras droit de son chef, le métropolite Hilarion, faisait partie des professeurs titulaires de la Faculté de théologie.

«Nous lui avons demandé qu’il use de son influence ecclésiastique et politique pour condamner publiquement et sans équivoque l’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie», explique Mariano Delgado, doyen de la Faculté.

À cette exhortation, l’enseignant se serait alors contenté d’affirmer son engagement sur le plan «humanitaire». Une réponse jugée «inacceptable» par le doyen, «que celle-ci soit motivée par des raisons diplomatiques ou de conviction». La Faculté a ainsi décidé de suspendre sa collaboration avec le métropolite Hilarion.

«Aujourd’hui, il est important de prendre clairement position dans l’espace public», estime Mariano Delgado. Il en est d’ailleurs convaincu, «Kirill est le mieux placé» pour faire entendre raison au chef du Kremlin. Et ce, même s’il regrette que le patriarche de Moscou «soit toujours dans le rêve d’une union indivisible entre l’État et l’Église, qui n’est plus de ce siècle».

Je fais un don
Je fais un don

Vous pouvez soutenir le Journal Chrétien par carte bancaire, par prélèvement automatique, par virement bancaire ou par chèque en suivant les étapes ci-dessous.

Afin de vous permettre d’exprimer librement votre générosité en soutenant le Journal Chrétien, J’aime l’info a ouvert cette page de dons hébergée par la plateforme sécurisée Donorbox.

Effectuez votre don sur Donorbox en trois étapes:

Pour effectuer votre don, les 3 étapes à suivre sont très simples.

Étape 1 : Choix du montant

Sur la première page, renseignez le montant de votre don dans la case en choisissant votre devise (euro, dollar, franc Suisse ou Franc CFA).

Il est souhaitable de cocher la case « Écrivez-nous un commentaire », et si vous le voulez cochez également la case « Affichez votre don et commentez sur le mur des donateurs »

Puis cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 2 : Informations personnelles ou celles de l’entreprise

Afin de recevoir une confirmation de votre paiement et le reçu fiscal, il est nécessaire de renseigner vos coordonnées personnelles (prénom, nom de famille, Email, téléphone, adresse postale) ou celles de la société donatrice si le don est fait par une entreprise. Ces informations nous permettrons de vous identifier et de vous adresser les reçus fiscaux.

A ce stade, vous pouvez choisir de « Faire un don anonyme » ou préciser que « Ce don est pour le compte d’une entreprise » si tel est le cas.

Cochez aussi la case pour déclarer sur l’honneur que les coordonnées que vous avez mentionnées sont certifiées conformes.

Cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 3 : Paiement

Choisissez votre mode de paiement en cliquant sur les icônes « Carte » ou « Prélèvement automatique ».

Renseignez les coordonnées nécessaires :
Pour le paiement par carte bancaire, vous devez renseigner le numéro de la carte, la date d’expiration et le code de sécurité.

Pour le paiement par prélèvement automatique, vous devez renseigner l’IBAN de votre compte bancaire.

Cliquez sur le bouton « Faire un don + montant de votre don ».

Un mail vous sera automatiquement envoyé pour confirmer votre opération.

Effectuez votre don par virement bancaire ou par chèque

Paiement par chèque

En plus des options de paiement proposées ici sur Donorbox, vous pouvez aussi choisir de verser votre don en nous adressant un chèque libellé à l’ordre de :


Le Journal Chrétien - J’aime l’info
10-14 rue Jean Perrin
17000 La Rochelle, France

Paiement par virement bancaire

Vous pouvez faire votre virement SEPA en adressant votre paiement à J’aime L’info pour qu’il soit éligibles à une déduction fiscale, en précisant « don au Journal Chrétien » :


J’aime L’info
226 rue Saint-Denis
75002 Paris

IBAN : FR1240031000010000388072S04

BIC : CDCGFRPPXXX

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien est aussi un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile; c’est offrir aux chrétiens des ressources qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs.

Votre don permet au Journal Chrétien de continuer à proposer des services gratuits comme le site d’information Chretiens.info, la plateforme d’étude biblique Bible.audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, le nouveau portail chrétien francophone Chretiens.com, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour » éditée par le Journal Chrétien.

Vos dons sont déductibles d’impôts

Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujettie à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Chaque donateur reçoit immédiatement un reçu fiscal émis par J’aime l’info, une association reconnue d’intérêt général, qui a pour objet le soutien au pluralisme de l’information et la défense d’une presse numérique indépendante et de qualité.

Merci infiniment pour votre soutien

L’équipe du Journal Chrétien.

—————————————————————-

Le Journal Chrétien est un média d’espérance qui passe l’information au tamis de l’Évangile. Il parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Il appartient au portail web évangélique Chretiens.com qui regroupe la plateforme de ressources bibliques Bible audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour« .

Le site Chretiens.info propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la newsletter

Soutenez le Journal Chrétien, le média de la vérité qui passe l’information au tamis de l’Évangile.