Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Faire un don

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Au Cameroun, une affaire de sextape enflamme la toile

Soutenez bible.audio

Depuis le 16 juin dernier, une affaire de mœurs secoue l’opinion publique ainsi que la toile camerounaise. Il s’agit de la sextape d’un journaliste qui est très connu dans les milieux people et sportif…

Le mercredi 16 juin 2021, la facebooksphère camerounaise a découvert avec effarement, la vidéo d’une jeune fille qui a été exposée nue dans les locaux de la radio RSI (Radio sport info). Une autre photo de cette même demoiselle en compagnie du patron des lieux, le sieur Martin Camus Mimb, a également fuité sur internet, le plongeant ainsi au cœur d’une controverse sexuelle dont il se serait volontiers passé.

Le Directeur de la radio RSI a tout d’abord voulu nier les accusations dès le lendemain, prétendant ne pas connaître les deux individus (la demoiselle et un autre homme, NDLR) qui se trouvaient sur les vidéos. Il a ensuite effacé cette publication, puis est passé dans un média télé pour crier au complot, et déclarer qu’il était la cible d’une honteuse campagne de calomnie et de déstabilisation.

Cette affaire qui semblait anodine a rapidement pris de l’ampleur dans un pays qui est friand de faits divers, surtout lorsque ceux-ci font référence aux mauvaises mœurs. Des personnalités ont commencé à donner leurs avis, chacune à son tour. Les unes soutenaient Martin Camus Mimb et le déclaraient innocent dans cette affaire, tandis que les autres l’incriminaient immédiatement en faisant fi de la présomption d’innocence. On a tout de même découvert que Martin Camus Mimb connaissait l’individu sur la vidéo, et que c’était un ami à lui depuis longue date. Un scénario sur le déroulé chronométré des événements a même été diffusé par le lanceur d’alerte Boris Berthold, lequel avance des thèses accusatrices à l’endroit du commentateur de la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du sud.
Et puis, le mercredi 23 juin, la ministre de la promotion de la femme et de la famille est montée au créneau, via une conférence de presse gouvernementale, pour fustiger le comportement des prédateurs sexuels qui sévissent dans la société camerounaise et qui sont si nombreux.

 

Malicka Bayemi et ses avocats

Un collectif d’avocats s’est constitué autour de la jeune fille victime de la diffusion de la vidéo. Source: jewanda.com /CC-BY

 

Loin d’être un épiphénomène, le scandale déclenché par cette affaire nous révèle les comportements déviants qui ont cours dans certains bureaux, ainsi que les mentalités de facilité qui ont gagné les esprits de la jeunesse camerounaise. Les jeunes filles de Douala ou de Yaoundé, qu’elles soient adolescentes ou plus âgées, sont prêtes à tout pour obtenir le dernier iPhone ou la dernière greffe brésilienne à la mode. Et de même, les hautes personnalités et les personnages publics usent de leur argent et de leur influence, pour soumettre sexuellement ces demoiselles qui sont parfois naïves, ou alors qui cherchent une échappatoire à la misère qui prévaut impitoyablement au pays de Paul Biya.

Quoi qu’il en soit, cette affaire de sextape n’est pas près de s’achever, depuis plus d’une semaine qu’elle a éclaté. Un collectif d’avocats s’est constitué autour de la jeune victime, afin de revendiquer ses droits auprès des institutions judiciaires, voire de faire condamner les véritables coupables de cette humiliation publique.
Martin Camus Mimb n’est pas le premier personnage médiatique à se retrouver ainsi embourbé dans un tel lynchage populaire, car les vidéos à caractère sexuel avaient déjà circulé pour des célébrités telles que Nathalie Koah, Clinton Njié, Longuè Longuè, Paul Chouta, etc.

 

 

Ecclésiaste Deudjui

(+237) 696.469.637

doualatour@yahoo.fr

Recevez un message biblique par jour

L’équipe du Journal Chrétien envoie un message biblique chaque matin pour vous aider à bien démarrer la journée. Ces messages vous sont proposés en partenariat avec l’application de ressources bibliques Bible.audio à télécharger ici.

Nos applications chrétiennes

Grâce à vos dons, nous avons développé les applications du Journal Chrétien et de la plateforme d’étude biblique Bible.audio dont les frais d’hébergement et de fonctionnement  dépendent de votre générosité.

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter