Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

Alph Lukau a-t-il ressuscité un mort ?

Le pasteur sud-africain d’origine congolaise, Alph Lukau, est sous le feu des critiques pour avoir fait croire qu’il aurait ressuscité un mort dans son église à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Alph Lukau, pasteur de l’Alleluia Ministries International en Afrique du Sud, est montré dans une vidéo comme étant l’auteur de la résurrection d’un mort dans son ministère le dimanche 24 février 2019. Trois entreprises funéraires qui auraient été manipulées dans cette affaire ont décidé d’intenter une action en justice contre l’église et son responsable.

Une vidéo troublante

La vidéo diffusée dans les réseaux sociaux montre un homme tout de blanc vêtu couché dans un cercueil sorti fraîchement d’un corbillard. Interrogés par Alph Lukau, les proches d’Elliot Masango expliquent qu’il serait mort depuis plusieurs jours et que son corps était à la morgue. Il commence à prier et à crier « Debout ! » et le « cadavre » se redresse, les yeux hagards. Le nom du soi-disant « ressuscité » serait Elliot Brighton Moyo.

« Il n’y a pas eu de miracle »

La Commission pour la Promotion et la Protection des Droits des Communautés culturelles, religieuses et linguistiques est intervenue à la télévision publique sud-africaine pour condamner la mise en scène théâtrale de la résurrection d’un homme à Johannesburg qui, selon elle, serait une invention d’Alph Lukau. « Il n’y a pas eu de miracle », a déclaré l’organe étatique à la télévision publique nationale sud-africaine.

« Il ne s’agissait pas d’un miracle de résurrection », a reconnu l’Eglise Alleluia Ministries International dirigée par Alph Lukau.

Une mort imaginaire ?

Les responsables de trois entreprises funéraires sud-africaines estiment que leurs employés ont été manipulés par Alph Lukau pour le déroulement de la scène.

La compagnie funéraire Kings & Queens Funeral Services, dont les employés étaient chargés du transport du « ressuscité » d’Alph Lukau, a organisé une conférence de presse le 25 février dernier.

Vivian Mponda, porte-parole de Kings & Queens Funeral Services

Vivian Mponda, porte-parole de Kings & Queens Funeral Services, a déclaré à la Compagnie sud-africaine de télédiffusion (SABC, South African Broadcasting Corporation) que son entreprise a été contactée par la famille du « défunt » pour s’occuper du transport du corps jusqu’au lieu de l’enterrement.

La famille a expliqué que le corps se trouvait dans une autre morgue connue sous le nom de Black Phoenix, précisant que cette entreprise funéraire ne disposait pas des moyens logistiques adéquates pour assurer le transport du corps. Elle aurait donc acheté le cercueil à autre service funéraire dénommé Kingdom Blue FS, prétextant que l’homme serait mort à la maison.

Les trois services funéraires ont affirmé que le corps de cet homme n’a jamais été dans leurs morgues comme le prétendait la famille.

L’enquête permettra de savoir si les employés de la compagnie funéraire Kings & Queens Funeral Services ont volontairement collaboré avec Alph Lukau pour faire croire que cet homme était mort alors qu’il était vivant.

Plainte contre Alph Lukau

Trois pompes funèbres (Kings & Queens Funeral Services, Black Phoenix et Kingdom Blue FS) estiment avoir été « manipulées » par le « stratagème » et ont déposé plainte pour cette « atteinte malveillante » à leur image.

Les trois entreprises ont déclaré aux médias locaux avoir été abusés par Alph Lukau et ses proches.

La société Black Phoenix a décidé de porter plainte parce qu’une voiture portant son logo et ses autocollants, mais ne lui appartenant pas, avait été filmée dans le convoi mortuaire.

De son côté, la société Kings and Queens Funeral Service a tenu à prendre ses distances par rapport à « la prétendue résurrection », et dit avoir pris la décision de porter plainte pour une atteinte grave à son image.

Le hashtag #ResurrectionChallenge

Des internautes sceptiques après la mise en ligne de la vidéo ont lancé le hashtag #ResurrectionChallenge pour tourner cette prétendue résurrection en dérision.

Faire un don

A travers le monde, vous êtes des millions à lire le Journal Chrétien, un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps. Chaque visiteur de notre site y trouvera quelque chose d’unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fausses informations, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.
C’est pourquoi il est si important que le Journal Chrétien demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût qui nécessite la mobilisation de la communauté chrétienne. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l’univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.

NB: Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Je fais un don

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter