Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

« À Noël, les chrétiens fêtent l’incarnation »

Chaque année pour les Églises, le défi est de taille: redire le sens de Noël. Comment rester audible dans d’une société déchristianisée? Le Vaudois Jean-Baptiste Lipp, président de le Conférence des Églises réformées romandes, livre son regard sur un Noël au sens pluriel. Interview.
Dans le jargon médiatique, Noël est ce qu’on appelle un marronnier: de retour chaque année, il faut se creuser les méninges pour innover sur le sujet. Le défi est le même pour les Églises. Comment redire la naissance de Jésus et donner aujourd’hui du sens à un événement vieux de deux mille ans? C’est tout l’enjeu des ministres qui montent en chaire dans des églises qui affichent inhabituellement complet. À la veille de Noël, le pasteur Jean-Baptiste Lipp, président de la Conférence des Églises réformées romandes et membre de l’exécutif de l’Église réformée vaudoise, revient sur un message qui tient bon même si Noël est devenu pluriel. Interview.

Y a-t-il encore du sens à fêter Noël aujourd’hui?

Les fêtes qui entourent le solstice d’hiver ont toujours été une réponse à notre besoin humain de marquer ce passage. C’est notre côté celtique! C’est une période difficile, à de nombreux égards, un cap terrestre aussi qui a des conséquences sur notre psychisme. Nous avons donc besoin de lumière et de clarté. Il y a donc non seulement toujours du sens à fêter Noël, mais je dirais même que ce sens est aujourd’hui pluriel.

La fête chrétienne marque-t-elle aussi ce passage?

Au sein d’une civilisation chrétienne, en effet, la fête religieuse de Noël jouait cette fonction. Dans une société sécularisée, ce n’est plus le cas. Bien sûr, les églises font encore le plein pour les célébrations de Noël. Il y a encore un besoin de se rendre à l’église parallèlement à la fête familiale, de vivre ce que propose la foi chrétienne autour de ce passage. À la différence près qu’aujourd’hui, les Églises sont appelées à accueillir celles et ceux qui souhaitent y venir, sans prétendre pour autant avoir une place dans l’espace public. L’éviction des crèches en est un exemple très concret.

« Les questions de société évoluent, elles poussent à relire l’actualité de Noël. »
JEAN-BAPTISTE LIPP

Dans une société sécularisée et multiculturelle, fêter Noël pose-t-il un problème?

Le problème aujourd’hui réside dans l’articulation du Noël chrétien avec certaines parties de la société. Si l’on ne peut plus chanter Noël dans les écoles ou même les EMS, en tant que chrétiens, nous ne devons pas jouer les vierges effarouchées ou être vindicatifs. Car ce n’est pas la faute de ces structures, mais bien un problème de société.

Vous avez vécu personnellement cette mise au ban de Noël?

Pour moi, il y a eu un avant et un après 2008. À cette époque, j’avais quitté le canton de Fribourg pour exercer mon ministère dans le canton de Vaud. J’y ai observé le divorce entre la société et l’Église autour de Noël. Invité par ma commune à l’occasion du Noël des écoles, je ne pouvais parler ni de la Nativité, de peur de «froisser les sensibilités», ni de Jésus, ni de la crèche. En fait, il s’agissait de parler de Noël sans en parler. Cela m’a fait réfléchir: peut-on se passer de Noël? Si le message chrétien qui entoure cette fête n’est pas souhaité à l’extérieur des Églises, alors célébrons-le d’autant plus allégrement dans nos paroisses! N’imposons pas, mais gardons notre porte ouverte.

Noël n’est-il pas cependant devenu le moment de l’année où les Églises peuvent encore adresser un message audible par tous?

Les Églises bénéficient en effet à cette période d’une tribune traditionnelle. Nous pouvons nous en réjouir. C’est une occasion d’adresser un message aux chrétiens du premier cercle et aux personnes plus distancées qui ne se rendent à l’église qu’à Noël. J’espère que les Églises en ont conscience, qu’elles mettent du soin dans la préparation de ce moment. Il faut oser saisir cette chance.

Les Églises ne craignent-elles pas de se répéter?

Les gens cherchent la répétition. Ce n’est pas grave. Noël doit pouvoir être cette fête où on se redit le message de la même manière, avec les chants et la liturgie. Et les Églises sont attendues sur ce registre-là.

Le message de Noël s’adresse-t-il donc à tous?

Le message de Noël reste universel, quelle que soit la surface sociétale. Néanmoins, dans notre société sécularisée et multiculturelle, il ne s’agit pas d’être dans une reconquête ou une séduction. Dans le récit de la Nativité, les bergers et les mages n’étaient pas le public cible et pourtant ils ont reçu la bonne nouvelle.

« À Noël, les chrétiens fêtent l’incarnation. »
JEAN-BAPTISTE LIPP

Justement, que fêtent les chrétiens le 25 décembre?

À Noël, les chrétiens fêtent l’incarnation. Celle de Jésus, mais la nôtre aussi: sur la paille, lors de la fuite d’Égypte, dans les malentendus de nos vies, que signifie naître au monde? Quelle est ma vocation? Les marginaux, à l’image des bergers qui n’étaient pas les invités prévus, reçoivent la nouvelle de la naissance de Jésus. Le marginal qui est en moi peut la recevoir également. Cette année d’ailleurs, ma prédication mettra en lien le passage de la naissance de Jésus avec celui de la dernière place (Luc 14, 7-11) dans l’Évangile de Luc. Car à Noël, la question de la place est centrale: Jésus est né dans une crèche et non à l’auberge. C’est l’angoisse existentielle de notre place au monde qui est aussi interrogée.

Pour autant y a-t-il encore quelque chose de neuf à en dire?

Oui. Le message de Noël change, parce que le contexte dans lequel il est dit change lui aussi. Noël est donc, de fait, toujours nouveau. Ainsi, l’identification aux personnages de Noël diffère, car les questions de société évoluent, elles poussent à relire l’actualité de Noël. Nous devons nous autoriser à des lectures allégoriques, à revisiter ces récits bibliques construits. C’est d’ailleurs un trait caractéristique des protestants réformés.

C’est-à-dire?

Prenez l’exemple de la «sainte famille». Aujourd’hui, elle réinterroge la parentalité, la fécondité et l’idée même de sainteté. En cela, nous pouvons nous identifier peut-être davantage à Jésus et à cette famille bancale. Les familles sont repensées et nous sommes invités à un accueil nouveau de celles qui pouvaient se sentir exclues. Il en va de même pour l’accueil de l’étranger, du marginal. Finalement, dans cette crèche se joue la naissance de chaque être humain, fils et fille de Dieu.

Que vous inspire ce vacarme consumériste, qui a pris le pas sur Noël?

On cherche à remplir le vide. Dans le vacarme, c’est la question du silence, mais aussi de l’absence qui se posent à Noël. Voilà pourquoi je n’aime pas la chanson «Jingle Bells», mais que je lui préfère «D’un arbre séculaire». Voilà pourquoi, c’est dehors, face aux étoiles que je me sens bien à Noël. Car les biscuits en forme d’étoiles et celles qui ornent le sapin ne remplacent pas les vraies.

Que peuvent faire les Églises face à cette réalité?

Elles ne doivent surtout pas accuser Noël de ne pas être Noël. Il faut rester humble, car Noël existait avant les Églises, et nous devons nous réjouir d’avoir un Noël parmi d’autres avec un message porteur.

Alors que nous vivons un deuxième Noël avec la pandémie, quel message les Églises peuvent-elles apporter?

Il s’agit d’inviter à revisiter nos convictions religieuses, en termes de rapport entre liberté individuelle et solidarité, d’articulation entre le mondial et le local, d’interaction entre l’humanité et la nature. Car c’est ce que la pandémie a mis en avant et interrogé. Les Églises réformées se réclament de cette réflexivité. Ce serait donc l’occasion pour elles d’offrir des espaces de débat, notamment dans les paroisses. Elles sont aussi porteuses d’une espérance qui doit nous pousser à aligner notre agir sur ce en quoi nous croyons. Cela implique une discipline, intellectuelle et spirituelle notamment, mais essentielle.

Je fais un don
Je fais un don

Vous pouvez soutenir le Journal Chrétien par carte bancaire, par prélèvement automatique, par virement bancaire ou par chèque en suivant les étapes ci-dessous.

Afin de vous permettre d’exprimer librement votre générosité en soutenant le Journal Chrétien, J’aime l’info a ouvert cette page de dons hébergée par la plateforme sécurisée Donorbox.

Effectuez votre don sur Donorbox en trois étapes:

Pour effectuer votre don, les 3 étapes à suivre sont très simples.

Étape 1 : Choix du montant

Sur la première page, renseignez le montant de votre don dans la case en choisissant votre devise (euro, dollar, franc Suisse ou Franc CFA).

Il est souhaitable de cocher la case « Écrivez-nous un commentaire », et si vous le voulez cochez également la case « Affichez votre don et commentez sur le mur des donateurs »

Puis cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 2 : Informations personnelles ou celles de l’entreprise

Afin de recevoir une confirmation de votre paiement et le reçu fiscal, il est nécessaire de renseigner vos coordonnées personnelles (prénom, nom de famille, Email, téléphone, adresse postale) ou celles de la société donatrice si le don est fait par une entreprise. Ces informations nous permettrons de vous identifier et de vous adresser les reçus fiscaux.

A ce stade, vous pouvez choisir de « Faire un don anonyme » ou préciser que « Ce don est pour le compte d’une entreprise » si tel est le cas.

Cochez aussi la case pour déclarer sur l’honneur que les coordonnées que vous avez mentionnées sont certifiées conformes.

Cliquez sur le bouton « Suivant ».

Étape 3 : Paiement

Choisissez votre mode de paiement en cliquant sur les icônes « Carte » ou « Prélèvement automatique ».

Renseignez les coordonnées nécessaires :
Pour le paiement par carte bancaire, vous devez renseigner le numéro de la carte, la date d’expiration et le code de sécurité.

Pour le paiement par prélèvement automatique, vous devez renseigner l’IBAN de votre compte bancaire.

Cliquez sur le bouton « Faire un don + montant de votre don ».

Un mail vous sera automatiquement envoyé pour confirmer votre opération.

Effectuez votre don par virement bancaire ou par chèque

Paiement par chèque

En plus des options de paiement proposées ici sur Donorbox, vous pouvez aussi choisir de verser votre don en nous adressant un chèque libellé à l’ordre de :


Le Journal Chrétien - J’aime l’info
10-14 rue Jean Perrin
17000 La Rochelle, France

Paiement par virement bancaire

Vous pouvez faire votre virement SEPA en adressant votre paiement à J’aime L’info pour qu’il soit éligibles à une déduction fiscale, en précisant « don au Journal Chrétien » :


J’aime L’info
226 rue Saint-Denis
75002 Paris

IBAN : FR1240031000010000388072S04

BIC : CDCGFRPPXXX

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fake news, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.

Le Journal Chrétien est aussi un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire entendre la voix des chrétiens portée par l’espérance de l’Évangile; c’est offrir aux chrétiens des ressources qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs.

Votre don permet au Journal Chrétien de continuer à proposer des services gratuits comme le site d’information Chretiens.info, la plateforme d’étude biblique Bible.audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, le nouveau portail chrétien francophone Chretiens.com, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour » éditée par le Journal Chrétien.

Vos dons sont déductibles d’impôts

Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujettie à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Chaque donateur reçoit immédiatement un reçu fiscal émis par J’aime l’info, une association reconnue d’intérêt général, qui a pour objet le soutien au pluralisme de l’information et la défense d’une presse numérique indépendante et de qualité.

Merci infiniment pour votre soutien

L’équipe du Journal Chrétien.

—————————————————————-

Le Journal Chrétien est un média d’espérance qui passe l’information au tamis de l’Évangile. Il parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des femmes et des hommes de notre temps.

Il appartient au portail web évangélique Chretiens.com qui regroupe la plateforme de ressources bibliques Bible audio, le réseau social chrétien Chretiens.net, la chaîne de télévision chrétienne évangélique Chretiens.Tv, ses applications chrétiennes gratuites et la lettre de nouvelles « Un message biblique par jour« .

Le site Chretiens.info propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Tagschrétiens, chrétien, bible, bible audio, Dieu, Jésus, Jésus-Christ, évangélique, évangéliques, église, église évangélique, protestants, église protestante

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la newsletter

Soutenez le Journal Chrétien, le média de la vérité qui passe l’information au tamis de l’Évangile.