Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Vous aimez nous lire?

Soutenez-nous !

La goutte, parlons-en

La goutte est une pathologie rhumatismale chronique due à un dépôt de cristaux d’acide urique dans les articulations, suite à un défaut d’équilibre de l’acide urique entre ses apports, sa synthèse et son élimination. En effet l’acide urique est le produit final de la dégradation des purines, composant de base du matériel génétique présent dans toutes les cellules. Celui-ci est produit principalement au niveau du foie et dans la moindre mesure au niveau de l’intestin. Les deux tiers proviennent du métabolisme cellulaire à partir de la biosynthèse des purines et du catabolisme des acides nucléiques. Le un tiers restant provient de l’alimentation et de la quantité des purines qu’elle contient. L’acide urique est éliminé en grande majorité par les reins soit environ 70% et les 30% restant sont éliminé par l’intestin grâce à la flore intestinale qui possède l’uricase qui permet de transformer l’acide urique en allantoïne.

Lorsque la production d’acide urique est excessive, ou l’élimination par les reins très faibles (dans 75% des cas) une partie est renvoyée vers le sang et il se produit une hyperuricémie. Alors, il va avoir formation des cristaux d’acide urique qui vont s’accumulent progressivement dans les articulations provoquant des crises inflammatoires douloureuses appelées «  crise de goutte ». Cette crise très douloureuse touche beaucoup plus les hommes que les femmes. Le plus souvent, les premières crises de goute déclenchent vers l’âge de 30 ans et survienent brutalement souvent au repos, pendant le sommeil. Ceux-ci touchent majoritairement l’articulation du gros orteil mais les pieds, la cheville, les doigts, le poignet, le coude peuvent aussi être touché.

L’articulation touché est gonflée, chaude et présente un érythème avec une extension possible au tendon et aux bourses séreuses péri-articulaires. Ces crises se caractérisent également par des douleurs intenses, avec sensibilité au touché et à la pression souvent accompagnées de fièvre et malaise général. En l’absence de traitement, elle évolue vers des complications marquées par des destructions articulaires due aux dépôts des cristaux d’acide uriques dans les articulations. Ces cristaux vont également se déposer dans d’autres tissus comme la peau entrainant des tophus, dans les reins entrainant une néphropathie goutteuse et dans les voies urinaires entrainait des coliques néphrétiques : dans ce cas on parlera lithiases urinaire.

L’hyperuricémie constitue donc le facteur principal de la goutte. Mais Plusieurs autres facteurs de risques favorisent l’installation de l’hyperuricémie, notamment : une prédisposition génétique caractérisée par une réduction congénitale de la capacité des reins à éliminer l’acide urique ; une consommation excessive d’alcool qui réduit l’élimination de l’acide urique par les reins ; une alimentation riche en purine tel que : la viande rouge, les abats ( ris de veau, rognon, foie, cervelle, tripes, cœurs, langue) , la charcuteries, certains poissons ( thon, maquereau, sardine, carpe, brochet, saumon, anguille, anchois, hareng) et fruits de mer ; l’obésité et le syndrome métabolique car 75% des patients goutteux présentent un syndrome métabolique (il s’agit de l’ association obésité, hypertension artérielle, trouble lipidique, et trouble glucidique) ; l’existence de certaines maladies comme l’insuffisance rénale (20% ) , diabète, cancer du sang, psoriasis ; une atteinte rénale due à la prise de certains médicaments, le stress et l’exposition aux substances toxiques.

Des études ont démontrées qu’un régime antigoutteux peut faire baisser l’uricémie de 10ml/l. ainsi la prise en charge de la goutte prend en compte des mesures hygiéno-diététiques pour corriger les facteurs de risque et diminuer le risque cardiovasculaire ; sur le traitement de la crise de goutte ; le traitement de fond de la goutte. Toutefois, il existe Plusieurs médicaments qui permettent de traiter la goutte. Pour en savoir plus il faudra vous rapprocher de votre médecin ou pharmacien.

Faire un don

A travers le monde, vous êtes des millions à lire le Journal Chrétien, un média d’espérance qui parle des joies et des espoirs ainsi que des tristesses et des angoisses des hommes de notre temps. Chaque visiteur de notre site y trouvera quelque chose d’unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile.
Dans un paysage médiatique marqué par le mensonge et les fausses informations, le Journal Chrétien se positionne comme le média de la vérité. Nos journalistes et correspondants essaient de s’approcher de la vérité des faits avec beaucoup d’humilité.
C’est pourquoi il est si important que le Journal Chrétien demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût qui nécessite la mobilisation de la communauté chrétienne. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l’univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.

NB: Si vous êtes un particulier résidant en France, vos dons sont déductibles à 66% de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable.

Si vous êtes une entreprise française assujetties à l’IR ou l’IS, 60% de votre don au Journal Chrétien est déductible de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. La réduction d’impôts sur le montant excédant ce plafond est reportable sur les 5 années suivant celle du don.

Je fais un don

_________________________________________________

Le Journal Chrétien propose notamment l’actualité chrétienne internationale (chrétiens du monde, chrétiens persécutés), des études bibliques, des dépêches d’agences de presse, l’actualité française et internationale, des nouvelles économiques, boursières, sportives et sanitaires, des informations sur les sciences et technologies, etc.

Actualité par mots-clés :

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter