Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Abonnez-vous à Chrétiens TV, la chaîne YouTube du Journal Chrétien

Les relations sexuelles sont un devoir dans le mariage – 1 Corinthiens 7:3-4

Dans 1 Corinthiens 7:3-4, la Bible dit, d’une part, que les relations sexuelles sont un devoir dans le mariage (verset 3) et, d’autre part, que les deux époux doivent avoir les mêmes droits (verset 4).
A partir du chapitre 7, Paul va répondre à des problèmes soulevés par les Corinthiens dans la lettre qu’ils lui ont fait parvenir. Le premier d’entre eux concerne la sexualité et le mariage (verset 1). Dans la situation nouvelle qui est la leur, les Corinthiens, contaminés par une compréhension erronée du corps, se demandent quelles sont les conséquences de la conversion sur la vie familiale. Les conjoints devraient-ils renoncer aux relations conjugales (versets 3-6) ? Les veufs, renoncer à se remarier (versets 7 à 9) ? Les couples mixtes se séparer de leur conjoint non-chrétien (versets 12 à 17) ?
La réponse de Paul privilégie, dans un premier temps, le mariage car c’est la meilleure réponse à l’immoralité (versets 2, 5, 9) et souligne l’importance de la permanence du couple (versets 10, 17, 24). Puis, dans un second temps, il relativise le mariage et rappelle que la vie chrétienne est souvent marquée par la souffrance (versets 25 à 28) et doit être gouvernée par l’espérance du retour de Jésus-Christ, ce qui permet de discerner ce qui est le plus important (versets 29 à 38). Ainsi, la théologie erronée du corps a laissé la place à la réflexion éthique.

Qu’est-ce que le mariage ?

Le mariage est la situation dans laquelle hommes et femmes peuvent vivre ensemble et avoir des relations sexuelles avec l’approbation de Dieu. L’adultère et la fornication représentent des relations sexuelles que la Bible ne reconnaît pas comme appartenant au mariage.
La comparaison des paroles de Jésus en Matthieu 5:32; 19:3-12; Marc 10:2-12 et Luc 16:18 révèle qu’il considère le divorce et le remariage comme un adultère. Dans les deux passages de Matthieu, l’« immoralité sexuelle » est mentionnée comme seule base permettant le divorce. Cette « immoralité sexuelle » est généralement considérée comme équivalente à l’adultère.

Le mariage est une ressource contre l’impudicité

« Pour ce qui concerne les choses dont vous m’avez écrit, je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme. Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. » (1 Corinthiens 7:1-2 Louis Segond)
« J’en viens à présent aux questions que vous m’avez posées dans votre lettre : « C’est une excellente chose, dites-vous, qu’un homme se passe de femme ». Oui, mais que de dangers menacent les célibataires et que les tentations sont puissantes ! C’est pourquoi, pour éviter tout dérèglement, il est préférable que chaque homme ait sa femme, et chaque femme son mari. » (1 Corinthiens 7:1-2 Parole Vivante)

Pour éviter le péché d’impudicité et les tentations qui surviennent à celui qui n’est pas marié, surtout dans une communauté entourée par les vices, il était mieux pour chaque sexe d’être marié, ce qui est l’état le plus normal, avec les relations de couple qu’une telle situation implique.
L’expression « avoir une femme/ un mari » revient neuf fois dans le Nouveau Testament dans le sens de posséder, avoir des relations sexuelles avec quelqu’un (sans impliquer nécessairement l’idée de mariage). Ainsi la Samaritaine à laquelle Jésus a dit « tu as eu cinq hommes et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ». Dans 1 Corinthiens 5:1, il est question d’un homme qui a la femme de son père. Ce verset veut donc dire que les mariés assument pleinement les implications de leur mariage (verst 3).

Le mariage est un état d’obligations mutuelles

« Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme.  » (1 Corinthiens 7:3-4)

Chaque conjoint doit à l’autre ce que ces obligations imposent. L’un de ces devoirs est la relation sexuelle. Paul stipule que c’est une obligation réciproque pour les deux partenaires.
La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme.
Chaque sexe est ici mis à égalité de droit. Le corps de chacun appartient à l’autre, et il ne peut être cédé à d’autres. L’esprit de ce passage ne se contente pas d’interdire l’adultère, mais également la polygamie qui est clairement proscrite par la réciprocité exclusive établie ici.

Le célibat marital est à proscrire

« Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. » (1 Corinthiens 7:5)

Ce verset encourage les conjoints à vivre pleinement toutes les implications de leur mariage et ne pas se priver l’un de l’autre (sur le plan sexuel). En répondant aux gens qui prônent le « célibat » dans le mariage (célibat marital), c’est-à-dire l’abstention totale de relations sexuelles dans le couple, Paul concède qu’une abstinence est possible, mais seulement pour un temps et par consentement mutuel, pour vaquer à la prière.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter