Chrétiens persécutés

Un chrétien du Chiapas emprisonné parce qu’il refusait de renier sa foi

  | 

Juan Gabriel Lopez Perez, un chrétien de l’État du Chiapas au Mexique, a été emprisonné pendant trois jours le 7 janvier dernier parce qu’il refusait de renier sa foi et de contribuer aux festivals traditionnels catholiques.

Selon la « Coordination of Christian Organizations » (COC) une organisation qui travaille pour la défense des chrétiens persécutés, Juan Gabriel Lopez Perez, un chrétien âgé de 28 ans, a été menacé, au cours de son arrestation par les autorités locales de ne pas être libéré s’il ne vendait pas sa maison et ne quittait pas la zone dans les 28 jours.

Libéré provisoirement pour obtenir des soins médicaux parce qu’il est tombé malade durant sa détention qui devait durer 72 heures, c’est sa femme qui a été obligée de purger le reste du temps de prison à sa place, a rapporté la COC

Les autorités locales de Rancheria El Encanto, qui pratiquent un mélange de rituels issus des traditions catholiques romaines et païennes, avaient donné à Lopez Perez deux options : soit de payer une amende de 5000 pesos (240 dollars) ou de passer 72 heures en prison. Comme il s’est opposé au paiement de l’amende, il a été envoyé en prison à partir de 7 heures du main pour avoir refusé de signer un document attestant qu’il renonçait à sa foi évangélique et acceptait de contribuer aux fêtes traditionnelles catholiques, qui impliquent fréquemment l’ivresse.

Le 9 janvier, l’état de santé du prisonnier étant jugé préoccupant en raison de l’apparition d’une bronchite liée à de mauvaises conditions climatiques, il a été proposé à une autre personne de prendre sa place en prison. Sa femme, Eduvina Lopez Santiz, est alors allée purger la peine à sa place.

Après être revenu de sa visite médicale, Lopez Perez a été envoyé dans une autre partie du complexe carcéral plus isolé du froid, et sa femme a décidé de rester avec lui malgré la possibilité de retourner chez eux.

Un peu plus tard, Jose Avenamar Peres Santiago, un fonctionnaire du gouvernement, est venu rencontrer le couple de chrétiens pour essayer de les persuader de payer l’amende pour résoudre le problème. Parallèlement, il les a exhorté à quitter leur église pentecôtiste. Peres Santiago leur a également proposé de l’argent pour payer l’amende, ce qu’ils ont refusé. Accepter cette somme ne garantissait pas, selon eux,  qu’ils ne seraient pas confronté à de nouvelles persécutions à cause de leur appartenance à l’église pentecôtiste.

L’incarcération de Juan Gabriel Lopez Perez est survenue après que les chrétiens aient déposé une plainte en décembre dernier contre les autorités catholiques traditionalistes qui avaient coupé leur approvisionnement en eau, suspendu les prestations gouvernementales et les services médicaux, et refusé à leurs enfants le droit de rester à l’école, selon la COC.

Selon la Coordination of Christian Organizations, Manuel Velasco Coello, le gouverneur du Chiapas avait été mis au courant, le 14 décembre 2016, du harcèlement des chrétiens à Rancheria El Encanto (municipalité de Las Margaritas).

« Le manque d’attention et le fait que le sous-secrétaire des Affaires religieuses et des autorités locales répugne à résoudre ce problème ont entraîné les personnes désignées à être privées illégalement [de certains de leurs droits fondamentaux] « , a déclaré la COC. « Il n’y a toujours pas de garantie de la liberté de religion telle qu’elle est établie à l’article 24 de la Constitution et à l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ».

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.