Connect with us

Chrétiens.info : l'actualité chrétienne en continu – Le Journal Chrétien

Discrimination et persécution des chrétiens farsis en Iran

Chrétiens d'Iran

Discrimination et persécution des chrétiens farsis en Iran

Les chrétiens farsis font face à la discrimination et à la diffamation en Iran. L’un des exemples les plus récents de la distinction nette du gouvernement entre les églises historiques officiellement reconnues et l’Église d’Iran (composée en majorité de musulmans convertis de langue farsi) est l’interdiction formelle pour ses membres de célébrer Noël librement.

Qui sont les chrétiens d’Iran ?

Les chrétiens d’Iran, qui représentent entre 0,4 et 0,8 % de la population du pays, représentent l’une des plus anciennes communautés chrétiennes du Proche-et-Moyen-Orient. Parmi ces chrétiens, on retrouve 180 000 Arméniens, de 15 à 30 000 Assyriens et un petit nombre de catholiques, de protestants et d’anglicans qui se sont convertis au christianisme au XIXe siècle et XXe siècle.

Parmi les communautés protestantes dans le pays, on retrouve l’Église presbytérienne d’Iran, l’Église évangélique assyrienne dans la capitale, l’Église évangélique arménienne, l’Église pentecôtiste assyrienne à Téhéran et Ourmia et l’Église d’Iran qui s’est constituée à partir des années 1970 et dont la croissance est la plus rapide au monde à l’heure actuelle.

Autochtone, sa présence en Iran n’étant ni liée à la présence des missionnaires étrangers ni de chrétiens des minorités ethniques assyriennes et arméniennes d’Iran, elle se compose aujourd’hui d’un réseau d’églises de maison protestantes évangéliques qui ne sont pas rattachées à une dénomination précise.

La majorité de ses membres sont des musulmans convertis et la langue habituellement utilisée dans cette église est le farsi (langue perse) qui est la langue parlée par la majorité des Iraniens. Les Iraniens de souche que sont les Perses ont l’obligation d’être musulmans.

Afin de se prémunir de la persécution qui la frappe durement, cette Église est contrainte de vivre dans la clandestinité, car depuis la révolution islamique en 1979 où l’islam chiite est devenu religion d’État, la conversion de l’islam au christianisme est considérée comme de l’apostasie (passible de la peine de mort).
Le clergé qui contrôle politiquement le pays a comme ambition d’ étendre l’islam chiite au Moyen-Orient.

Dirigé actuellement par l’ayatollah Ali Khamenei, l’Iran est un pays où la charia s’applique à l’ensemble des lois, ce qui entraîne la persécution des chrétiens d’origine musulmane.

Discrimination et persécution des chrétiens d’origine musulmane en Iran

Portes Ouvertes International rapporte la différence nette de traitement faite entre les chrétiens officiellement reconnus et ceux qui ne le sont pas en ces termes :

« les minorités historiques arménienne et assyrienne bénéficient du droit de culte, mais la libre expression de leurs convictions religieuses, surtout en langue perse (farsi), est réprimée. Les autres Iraniens n’ont pas le droit d’entrer dans leurs églises, sauf si ce sont des policiers ou des agents des services secrets. Les églises sont souvent contrôlées et la police secrète y fait des descentes : 193 chrétiens ont été arrêtés en 2016. Les détenus sont souvent maltraités physiquement ou psychiquement. »

Les chrétiens et non-chrétiens « farsis » empêchés de célébrer Noël

Cette distinction entre les chrétiens historiques et les chrétiens d’origine musulmane a encore une fois été remarquée pour la célébration de Noël dernier dans le pays, comme l’a rapporté Mohabat News.

Si les chrétiens arméniens et les autres communautés chrétiennes ethniquement reconnues ont pu célébrer Noël dans leurs églises, le gouvernement islamique a  strictement interdit aux chrétiens et non-chrétiens de langue farsi de célébrer Noël librement dans des services religieux officiels.

Georgian Abrahamian, un membre du parlement iranien qui représente les chrétiens arméniens dans le sud de l’Iran a affirmé :

«Les chrétiens jouissent de la liberté en Iran. Comparés aux autres chrétiens et aux minorités religieuses de notre région, nous, disciples du Christ, n’avons aucune restriction ».

Il reconnait que les chrétiens ne sont pas autorisés à occuper des postes gouvernementaux et déclare :

« Il y a des emplois spécifiques qui sont liés à la religion, et nous, comme chrétiens ne peuvent pas être employés dans ces postes. […] «Il y a des chrétiens qui travaillent dans des banques, des universités, des centres d’éducation et la Compagnie nationale du pétrole. Cependant, pour la plupart, les chrétiens ne montrent pas un grand intérêt dans ces emplois, car ils offrent des bas salaires et les titulaires sont tenus d’assister à certaines cérémonies islamiques. »

Pour Mohabat News, cette reconnaissance est remarquable, car les responsables iraniens, et même quelquefois ceux qui prétendent représenter la minorité chrétienne iranienne, nient souvent toute difficulté ou entrave imposées à leurs communautés en raison de leur foi.

Restrictions strictes du gouvernement pour empêcher le développement de l’Église d’Iran

Les autorités en Iran mettent beaucoup d’énergie pour empêcher les musulmans iraniens qui parlent la langue perse (farsi) d’être en contact avec les chrétiens officiellement reconnus. Ils leur interdisent ainsi d’assister aux offices religieux, en particulier pendant la période de Noël et d’avoir des études bibliques en farsi. Toute action d’évangélisation est également strictement interdite.

La majorité de la population chrétienne iranienne est concentrée dans les provinces de l’Est et de l’Ouest de l’Azerbaïdjan, de Téhéran, d’Ispahan, de Fars, d’Hamedan et du Khuzestan. Cependant, ces dernières années, il y a eu une propagation rapide du christianisme dans tout le pays, comme de plus en plus d’Iraniens manifestent un intérêt à connaître le christianisme. En conséquence, le nombre de chrétiens en Iran augmente chaque jour.

Malgré le traitement injuste des convertis chrétiens iraniens, il semble que le gouvernement islamique n’a pas été en mesure de ralentir la croissance du christianisme dans le pays. La campagne brutale de répression  contre les chrétiens iraniens manifeste clairement combien les autorités cherchent par tous les moyens à empêcher la propagation du christianisme à l’intérieur de ses frontières. Mais même face à la persécution, les Iraniens montrent une soif incroyable de connaître la Parole de Dieu, car ils ne parviennent pas à trouver de réponses dans les enseignements islamiques.

Commentaires

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Chrétiens d'Iran

To Top
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.