Science et religion

Un guide a failli être expulsé pour avoir utilisé le terme « Mont du Temple »

  | 

Un archéologue israélien chargé de faire visiter le Mont du Temple à Jérusalem à des étudiants américains a failli être expulsé par les gardes du Waqf, la fraternité religieuse musulmane chargée d’administrer le lieu saint, parce qu’il n’utilisait pas le nom arabe du site qui est Haram al-Sharif.

Dans une résolution récente l’UNESCO, la branche culturelle des Nations unies a décrété que le lieu saint à Jérusalem qui faisait référence au Mont du Temple et au mur Occidental pour les juifs (Haram al-Sharif et mosquée Al-Aqsa pour les musulmans) ne devrait plus être appelé que par ses noms musulmans : Haram al-Sharif et la mosquée Al-Aqsa.

Cette décision a engendré la colère d’Israël, et des tension continuent à être présente sur ces sites concernant la nomenclature utilisée pour ces lieux, comme ce nouvel incident concernant l’expulsion d’un archéologue israélien le montre une fois encore.

Alors qu’un groupe d’étudiants de l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA) visitait le mont du Temple, explique le Times of Israël, il avait été demandé à Dr Gabriel Barkay, un archéologue israélien expérimenté, d’expliquer l’histoire du site.

C’est alors qu’il donnait des explications aux étudiants américains de différentes confessions rassemblés autour de lui au nord est de la mosquée Al-Aqsa, que le Dr Barkay, utilisant plusieurs fois les mots « mont du Temple » a été soudainement interrompu par un gardien du Waqf qui a exigé qu’il n’utilise par le terme « mot du Temple ».

La visite se poursuivant, les deux gardes du Waqf, restés à quelques mètres derrière les étudiants, surveillaient attentivement les propos de l’archéologue. Il a alors continué à parler, racontant notamment l’histoire du site sur les siècles précédant la conquête islamique de la région.

Utilisant une fois, en passant le terme « mont du Temple » dont le nom arabe est Haram al-Sharif, les gardes l’ont interrompu une fois de plus et ont contraint l’homme de 72 ans de se lever et l’ont entrainé vers des policiers israéliens.

Se plaignant de l’utilisation mont du Temple employé par les juifs et les chrétiens pour décrire le site, les gardes du Waqf ont demandé que le Dr Barkay soit expulsé du site. Les policiers ont alors déclaré qu’il n’existait aucune base au niveau juridique pour l’exclure et ont conseillé l’éminent archéologue de ne plus utiliser ces mots pour le reste de la visite. Après, le guide a simplement utilisé le mot MT de façon quelque peu troublante.

Cet incident n’est pas le premier, puisque dès novembre 2014, l’organisation de libération de la Palestine publiait un communiqué exhortant les journalistes à ne plus utiliser le terme « mont du Temple » parce qu’ils devaient « adhérer au droit international et corriger toute autre terminologie existante utilisée ». D’autres gardiens ont par ailleurs été contraints à arrêter d’utiliser ce terme de la même façon que le Dr Barkay.

Les étudiants ont quant à eux été choqué par cette altercation comme en parle Nima Ostowari qui participait à la visite :

« Tout le monde a été assez secoué par l’incident. Le voyage de dix jours a pour objectif de présenter l’histoire des différentes religions et des peuples, et leurs liens à la région. L’interjection agressive des gardes du Waqf a été jugée « inquiétante » par beaucoup de participants. »

Cette étudiante rajoute que ne pas pouvoir utilisé le terme « mont du Temple, c’est renier le lien que le peuple juif a avec cette terre, ce qui est problématique. Les juifs considèrent en effet le site comme l’endroit le plus saint au monde, car il est l’emplacement des deux Temples de l’Antiquité.  Pour les musulmans, par contre, c’est le troisième lieu saint, après La Mecque et Médine.

Selon une porte-parole de la police israélienne, il n’existe aucune directive interdisant l’usage en hébreu ou en anglais du terme mont du Temple sur le lieu saint. De la même façon, il n’existerait, selon elle, aucune plainte du Waqf contre les guides touristiques utilisant cette terminologie.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.