Chrétiens d'Iran

2016, une année noire pour les chrétiens d’Iran

  | 

L’Église en Iran connait actuellement l’une des plus fortes croissance au monde, mais parallèlement, la persécution n’a jamais été aussi vive dans le pays. En 2016, en effet, les chrétiens ont été systématiquement réprimés.

2016, une année noire pour les droits de l’homme et les chrétiens en Iran

Selon Mohabat News, une agence de presse chrétienne dans le pays, un aperçu des actions du gouvernement iranien à l’égard des citoyens chrétiens en 2016 suffit à tirer une conclusion : leur situation s’est nettement dégradée cette année comparativement aux années précédentes.

L’administration déclarée modérée du président Hassan Bouhani avait pourtant promis d’améliorer la situation des minorités religieuses et ethniques dans le pays lors de la campagne électorale, mais force est de constater que ces promesses n’ont pas été tenues, au contraire. Qu’il s’agisse des minorités ethniques, des dissidents politiques, des journalistes, des militants sociaux et civiques ou encore des minorités religieuses, tous font face à une oppression accrue et organisée contre eux et de graves violations de leurs droits humains fondamentaux.

Les libertés de pensée,  de parole et de religion, qui font parties des droits les plus fondamentaux des êtres humains sont systématiquement bafouées  en Iran.

Une brève rétrospective sur l’année qui s’achève met en lumière une évidence : la situation des droits de l’homme des chrétiens iraniens a empiré en 2016. Selon Mohabat News qui a compilé un bref aperçu de la situation des disciples de Jésus en Iran, l’oppression s’est accrue.

Selon les dernières statistiques, 92 chrétiens convertis sont actuellement emprisonnés en Iran, dans l’attente et dans l’incertitude d’être jugé. Ce chiffre officiellement publié ne reflète cependant pas le nombre réel de chrétiens en prison pour leur foi.

L’année dernière, des dizaines d’églises ont été fermées et leurs membres interrogés ou harcelés. Certains chrétiens ont également perdu leur emploi pour des raisons liées à la foi. En outre, plusieurs bâtiments historiques chrétiens ont été détruits et de nombreux chrétiens iraniens ont été contraints de quitter leur pays d’origine.

Augmentation des campagnes anti-chrétiennes du gouvernement iranien en 2016

Plus grave encore, l’année dernière, les observateurs ont assisté à une montée en flèche des campagnes anti-chrétiennes organisées par le gouvernement. La plupart de ces campagnes avaient été planifiées et réfléchies pendant des années et ont été mises en œuvre en 2016.

Parmi ces manifestations de  campagnes anti-chrétiennes agressives en Iran, on trouve notamment la production de programmes anti-chrétiens de radio et de télévision, l’organisation de séminaires très politisés organisés avec des chrétiens supposés chrétiens parrainés par l’État et des pays tiers, la diffamation des chrétiens farsis, les publications anti-chrétiennes et enfin, cette liste étant loin d’être exhaustive, l’arrestation des chrétiens à double citoyenneté.

Production de programmes anti-chrétiens de radio et de télévision

Le principal aspect de la campagne anti-chrétienne du gouvernement iranien a été la production d’une série de programmes de radio et de télévision visant à discréditer le christianisme dans l’esprit du public iranien. Ces programmes comprenaient une analyse unilatérale de la foi chrétienne par le clergé islamique qui a présenté de fausses informations sur le christianisme et les chrétiens en utilisant des documents irréalistes ainsi que de la littérature.

Séminaires hautement politisés et organisés avec des participants chrétiens parrainés par l’État

Deuxièmement, le gouvernement iranien a organisé un certain nombre de séminaires et de réunions avec des participants supposés chrétiens parrainés par la Russie, le Bélarus, la Croatie, le Liban, le Venezuela et la Bulgarie. Ces chrétiens ont été invités à participer à des programmes politiques sponsorisés par le gouvernement présentés comme des discussions entre chrétiens et musulmans. Un budget important a été alloué à ces réunions. Parmi les participants à ces rencontres se trouvaient des pasteurs et des évêques ayant des liens étroits avec les gouvernements des pays mentionnés plus haut.

Diffamation des chrétiens farsi connus

Dans cette phase de la campagne anti-chrétienne du gouvernement iranien, les médias dirigés par l’État ont étroitement surveillé des personnes chrétiennes bien connues de langue farsi, répandant des scandales à leur sujet afin de contrer la propagation rapide du christianisme dans le pays. Le service de renseignement iranien a joué un rôle important dans cette campagne pour fabriquer de fausses preuves contre ces chrétiens iraniens influents afin de les présenter comme moralement et financièrement corrompus.

Publications antichrétiennes

Dans le domaine de la publication, le régime islamique de l’Iran a investi massivement dans des livres qui représentent une image faussée du christianisme. Il a également poursuivi sa répression contre la publication de la Bible et de livres d’auteurs chrétiens, tout en subventionnant la publication de certains livres sans crédibilité historique ou académique, entièrement destinés à dépeindre une fausse image du christianisme.

Même les organisations gouvernementales destinées à fournir des services publics, comme les douanes iraniennes et les services frontaliers ont participé à la diffusion de la littérature anti-chrétienne. Dans un cas, l’Organisation de la zone franche commerciale et industrielle d’Aras a distribué des brochures anti-chrétiennes pour les voyageurs traversant les frontières septentrionales de l’Iran vers l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

Arrestation de chrétiens à double citoyenneté

Certains chrétiens venant de l’étranger ainsi que des iraniens de deux nationalités qui se sont rendus en Iran ont été arrêtés puis utilisés par le gouvernement comme levier dans les pourparlers internationaux. L’Iran a été en mesure de recevoir une grande quantité d’argent qui avait été bloqué dans d’autres pays en échange de la libération de ces chrétiens étrangers et double citoyenneté.

La Rédaction

L'équipe du Journal Chrétien est composée des journalistes, pasteurs, théologiens et intellectuels chrétiens.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.