Société

Attentat de Nice : réaction des responsables chrétiens

  | 

La France est à nouveau frappée en plein coeur par un attentat à Nice où 84 personnes sont mortes sur la promenade des Anglais après avoir été fauchées par un camion-suicide qui a foncé sur la foule. A peine sortie des douloureux souvenirs de l’attentat de Paris en novembre dernier, le pays fait à nouveau face au décès de femmes, d’hommes et enfants qui étaient venus simplement participer à un feu d’artifice. François Hollande a décrété un deuil national de trois jours.

Attentat de Nice : chronologie des faits

Il était 23 heures jeudi 14 juillet lorsqu’un camion, après avoir roulé sur environ deux kilomètres le long de la promenade des Anglais à Nice (une avenue très connue de la ville) a brusquement foncé à toute vitesse sur la foule rassemblée pour participer au feu d’artifice. Selon les sources policières, le conducteur a changé de trajet au moins une fois, cherchant à faire un maximum de victimes.

Ce soir là, sur la promenade, près de 30 000 personnes parmi lesquelles de nombreux étrangers étaient réunies pour célébrer la fête nationale.

Après le passage du camion-suicide, dont le conducteur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, connu de la police mais non du service des renseignements d’origine franco-tunisienne a été abattu, la célèbre avenue montrait un visage sordide. De nombreux corps jonchaient le sol. A leur côté, couvertes de sang, des personnes en larmes en état de choc erraient sans savoir où elles allaient.

Attentat de Nice : un bilan très lourd

Le bilan est très lourd. Aux 84 morts de la promenade des Anglais, dont au moins 10 enfants, s’ajoutent une « cinquantaine de blessés légers » et 18 personnes en état « d’urgence absolue ». 120 autres personnes choquées, également sur le lieu du drame au moment des faits, ont aussi été prises en charge par les secours.

Les hôpitaux de la ville, notamment le Centre hospitalier universitaire de Nice ou encore la fondation Lanval (hôpital pédiatrique de Nice) prennent soin des victimes, dont une cinquantaine d’enfants. Face à cet attentat, le CHU a par ailleurs déclenché le Plan Blanc et mis en place un numéro de téléphone (04 93 72 22 22) pour les familles. Le plan Orsec a été activé.

Si pour le moment, l’attaque n’a pas été revendiquée, le mode opératoire, ou encore le choix du 14 juillet, une date hautement symbolique en France fait émettre l’hypothèse que des groupes djihadistes comme Al-Qaida ou encore l’État islamique pourraient être les commanditaires de cet attentat.

Réactions vis à vis de l’horreur

François Hollande s’est rapidement exprimé sur le sujet en déclarant :

» La France est affligée, horrifiée par cette monstruosité»

Confirmant le caractère « terroriste » de l’attaque, le Président français de la république a réaffirmé sa fermeté dans la lutte contre le terrorisme, un renforcement des actions du pays en Syrie et en Irak. Il a décidé de prolonger l’état d’urgence de trois mois et décrété un deuil national de trois jours de samedi à lundi. Il a aussi mis en place une cellule d’aide aux victimes au ministère des Affaires étrangères avec un numéro d’urgence (01 43 17 56 46) ouverte aux proches des victimes.

Les responsables chrétiens, juifs et musulmans ont également condamné avec fermeté cet attentat. Du côté des chrétiens, qu’il s’agisse des catholiques, des orthodoxes ou des protestants, tous se sont unanimement exprimés sur le sujet pour condamner cet acte horrible mais également manifester la solidarité aux familles endeuillées.

Dans un télégramme de condoléances signé du cardinal Pietro Parolin, le pape François a manifesté sa « profonde tristesse » et voulu faire part de sa « proximité spirituelle au peuple français ».

La Fédération protestante de France a réagit rapidement en déclarant dans un communiqué qu’elle souhaite  » en premier lieu, se tenir dans la prière et la solidarité aux côtés des personnes et des familles victimes de cet attentat « .

Elle rappelle également par son message, son soutien à tous ceux, qui de près ou de loin, sont chargé de veiller sur la paix, la sécurité, le soin et l’accompagnement des personnes dans ces moments tragiques.

Elle souhaite enfin témoigner de l’espérance en Christ et appelle à la fraternité qui « unit chacun des citoyens » du pays.

« Dans l’épreuve nous sommes amenés à nous tenir ensemble. »

Le CNEF (Conseil national des évangéliques de France) a, quant à lui, proposé qu’  » un un temps de prière en faveur des familles endeuillées, des nombreux blessés, des forces de l’ordre et des autorités de notre pays » soit organisé au cours des cultes du 17 juillet dans toues les Églises évangéliques.

L’Église protestante unie de France (ÉPUdF), après avoir exprimé son effroi face à l’attentat du 14 juillet à Nice, a indiqué sa solidarité aux familles et proches des victimes en ces termes :

« Nous prions pour les victimes, leurs familles et leurs proches, pour les personnes choquées d’avoir été témoins de ce massacre, pour les services de sécurité et les équipes de secours qui sont à l’oeuvre. »

Elle a aussi appelé à prier pour tous les autorités qui doivent réagir face au terrorisme et affirmé que « dimanche, à l’occasion des cultes qui nous rassembleront, nous prierons et intercéderons encore. »

L’Assemblée des évêques Orthodoxes de France (AEOF) s’est joint à toutes les voix pour dénoncer cet « attentat terroriste inqualifiable » et la violence de cet acte.

Les évêques orthodoxes de France ont aussi tenu à saluer la mobilisation continuelle des autorités françaises et des forces de l’ordre dans la lutte contre le terrorisme.

Ils ont enfin voulu prier pour les victimes, les personnes décédées et ont exprimé leurs condoléances et solidarité aux familles et proches des victimes.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.