Société

Assassinat de 250 femmes refusant l’esclavage sexuel

  | 

L’État islamique aurait abattu récemment 250 femmes qui refusaient de devenir des esclaves sexuelles pour ses militants. Il prélèverait aussi les organes des combattants blessés pour les vendre sur le marché noir, ce qui conduirait à la mort de ces derniers. De nouvelles révélations montrant l’ampleur des horreurs commises par ce groupe terroriste.

Rien ne semble arrêter l’État islamique dans l’escalade de la violence puisque le groupe extrémiste est prêts à tout… pour trouver des financements… même de prélever des organes sur ses propres militants blessés, quitte à engendrer leurs morts.

Les exécutions continuent également. Selon The Hindu, un journal indien, l’état islamique aurait ainsi exécuté 250 femmes à Mossoul ayant refusées de devenir des esclaves sexuelles destinées à ses combattants ainsi qu’un certain nombre des membres de leur famille.

« Au moins 250 jeunes-femmes ont été exécutées jusqu’ici par l’État islamique pour avoir refusé d’accepter la pratique du djihad sexuel. Parfois même, les familles des femmes ont également été abattues parce qu’elles rejetaient la demande de Daesch » a déclaré le porte parole du Parti démocratique Kurde.

Ces atrocités ne sont malheureusement que la suite d’une longue série commise par le groupe terroriste. Au cours des deux dernières années, en effet, des milliers de chrétiens et de femmes yazidis en Syrie et en Irak ont été brutalisées par des militants de l’Etat islamique.

En août 2015, 19 femmes auraient été assassinées pour avoir refusé d’avoir des relations sexuelles avec des combattants. En octobre de la même années, plus de 500 femmes et jeunes-filles Yazidis ont été enlevées et agressées sexuellement dans la région de Sinjar dans le Nord de l’Irak.

L’Etat islamique justifie les violences faites aux femmes par une lecture étroite et sélective du Coran au point d’élever et de célébrer chaque agression sexuelle comme un acte spirituellement bénéfique, voire vertueux. Le groupe extrémiste s’appuie aussi sur la loi islamique (la charia) pour dire qu’il est admissible de capturer des femmes et de prendre de force les femmes « hérétiques » et de les conduire à devenir esclaves sexuelles :

« Asservir les familles des « kuffar » (infidèles) en prenant leurs femmes comme concubines est un aspect bien établi de la Shari’ah ».

Autre aspect sur lequel travaille activement l’Etat islamique : la désensibilisation des enfants à la violence. Selon la fondation Quilliam qui est basée à Londres, le groupe terroriste encouragerait les enfants à jouer au football en utilisant des têtes humaines coupées comme des ballons.

Les enfants seraient également encouragés à regarder les exécutions publiques, y compris les décapitations. Les enfants seraient ainsi non seulement désensibilisés à la violence, mais jugeraient ces pratiques comme normales, en étant même prêts à les défendre.

D’autres  enfants auraient été contraints d’accompagner les prisonniers jusqu’à leur exécution et auraient même distribué des couteaux aux adultes avant une décapitation de masse.

La Rédaction

L'équipe du Journal Chrétien est composée des journalistes, pasteurs, théologiens et intellectuels chrétiens.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.